Fermer la publicité

Loire-Forez n'est pas prêt à devenir un pôle d'équilibre territorial et rural

Loire le 18 septembre 2014 - Louis Thubert - Actualités - article lu 372 fois

Loire-Forez n'est pas prêt à devenir un pôle d'équilibre territorial et rural
Les conseillers communautaires : la suppression, à moyen terme, des conseils généraux pourraient donner plus de pouvoir aux intercommunalités (© Louis Thubert)

Le changement, ce n'est pas pour le moment.

A l'unanimité, les conseillers communautaires de Loire Forez ont voté contre la transformation du Syndicat mixte des Pays du Forez, qui regroupe plusieurs communautés de communes, en un pôle d'équilibre territorial et rural (PETR).

La préfète a, conformément à la législation, notifié les membres du syndicat mixte des Pays du Forez des changements à venir. Prudent, Alain Berthéas a exhorté les conseillers communautaires à voter contre un changement de statut pour le syndicat mixte. Les intercommunalités de Feurs en Forez, des Collines du matin, des Montagnes du Haut Forez, des Pays de Saint-Galmier, Saint-Bonnet-Le-Château, d’Astrée et de la Vallée de l’Ance devraient s'y opposer également. Il faut un accord des deux tiers de ces communautés de communes pour ratifier le passage à un PETR.

Les PETR étendent pourtant les compétences des syndicats mixtes. Ils comportent la possibilité de porter un document d’urbanisme, ce qui permet de dépasser les cadres d’urbanisme des intercommunalités. L’autre nouveauté, c’est l’élargissement des instances de concertation. Les syndicats mixtes comptent un organe délibérant, le comité syndical, et un conseil de développement, l’organe citoyen. Les PETR comprennent en plus de cela la conférence annuelle des maires.
Conçu comme un pendant aux « métropoles » (comme Saint-Etienne Métropole, le Grand Lyon ou le Grand Paris), les PETR sont par essence ruraux. Alors que Loire-Forez a en son sein des communes très urbaines, et pas uniquement des villages, le PETR ne paraissait pas adapté. A l'heure où les jours des conseils généraux sont comptés, la position des intercommunalités est cruciale dans le développement des territoires, mais elles restent encore libres de leurs choix pour l'avenir.

Louis Thubert

[Article modifié, le mardi 23 septembre. Contrairement à ce que nous indiquions dans la version précédente de cet article, le président Alain Berthéas a fait valoir aux conseillers communautaires que la forme du PETR ne paraissait pas adaptée à Loire Forez en raison de la diversité des communes entre milieu rural et milieu urbain.]



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide