Fermer la publicité

Loire-Forez - Médiathèque : enterré le chauffage au bois

Loire le 03 juillet 2014 - Louis Thubert - Forez - article lu 444 fois

Loire-Forez - Médiathèque : enterré le chauffage au bois
(D.R.)

Le conseil communautaire de Loire-Forez s'est tenu le 24 juin.

Une dernière séance d'installation, puisqu'après son président et son exécutif, des membres du conseil vont siéger dans des organismes extérieurs. Ainsi, pour le groupe d'action locale du programme Leader (Liaison entre les actions de développement de l'économie rurale), six membres titulaires, plus le président Alain Berthéas, ont été choisis. Christophe Bazile, Jérôme Peyer, Eric Lardon, Valéry Gouttefarde et Patrice Couchaud sont les six conseillers communautaires qui, en tant que membres du « collège public » de Leader, vont piloter le programme européen sur le territoire.
Leader, programme européen donc, vise à « renforcer l'accueil d'actifs sur le territoire rural ». Parmi les membres du « collège privé », on trouve la chambre d'agriculture de la Loire, la chambre de commerce et d'industrie de Saint-Etienne Montbrison, et le Syndicat de la Fourme de Montbrison.
La médiathèque communautaire de Montbrison, dont les travaux ont commencé, était également à l'ordre du jour. Une grue de maçon sera utilisée afin de réduire des perturbations routières, le chantier étant situé en plein centre-ville. Cette grue entraîne un surcoût de 3 610 € pour Loire-Forez, le reste du surcoût est pris en charge par l'entreprise Socoma.
L’autre changement concernant la médiathèque est l'abandon du chauffage au bois. Selon la note de synthèse du conseil, il ne sera « pas développé » et remplacé par du chauffage au gaz. Ce changement est vraisemblablement une conséquence de la campagne municipale : Liliane Faure, ancienne maire de Montbrison et non réélue, portait un projet de chaufferie bois dans le quartier de Beauregard. Christophe Bazile, son successeur à la mairie, combat ce projet. « Ce chauffage au bois allait dans le sens du plan climat énergie », déplore Liliane Faure, qui s'est abstenu lors du vote.
Enterré, le chauffage au bois, même si 14 conseillers se sont abstenus, et cinq se sont opposés à cet amendement. Le coût supplémentaire engendré est de 25 574,36 €, mais il était compliqué de maintenir ce chauffage sans la « centrale à bois » de Beauregard ». Vae Victis, malheur aux vaincus.

Louis Thubert



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide