Fermer la publicité

Loire-Forez fait le point sur sa politique de logement

Loire le 01 décembre 2015 - Louis Thubert - Collectivités locales - article lu 75 fois

Loire-Forez fait le point sur sa politique de logement
CALF - Claudine Court, vice-présidente de Loire-Forez en charge de l'habitat.

La communauté d'agglomération a tenu le 26 novembre son 8e forum de l'habitat. Plusieurs aides existent sur le territoire, alors que la problématique de la revitalisation des centres-villes commence à poindre et que le pourcentage de logements sociaux est insuffisant dans certaines communes.

Un forum et un bilan de sa stratégie en matière d'habitat. Alors que le deuxième Plan Local de l'Habitat a démarré en 2013, la Communauté d'agglomération Loire Forez (Calf) a détaillé sa politique du logement, et notamment les aides disponibles.

L'une de ces subventions est le prêt social location-accession (PSLA). Ce dispositif permet aux ménages modestes d'accéder à la propriété en plusieurs étapes. Tout d'abord, sur une période de 1 à 5 ans, le logement est en location afin de permettre aux occupants de se constituer un apport en vue de l'achat. Ensuite, c'est la phase d'acquisition du bien - qui peut revenir à la location si le ménage accédant connaît des difficultés financières. Proposé par les HLM, le PSLA est complété par une aide de 4 000 € versée par Loire Forez. Les bénéficiaires du PSLA sont sélectionnés sur conditions de ressources.

Comme autres moyens pour aider les propriétaires, il faut signaler une subvention pour améliorer l'efficacité énergétique de bâtiments anciens (de 3 000 à 4 000 €). Ou encore une somme pouvant aller jusqu'à 4 500 € pour les propriétaires bailleurs désireux d'améliorer la performance énergétique de leur bien, en contrepartie d'un loyer modéré établi en partenariat avec l'Agence nationale de l'habitat (Anah). « Le PSLA permet d'introduire de la mixité sociale », indique Claudine Court, vice-présidente de Loire Forez en charge de l'habitat pour la Calf. Et alors que le périurbain augmente sur le territoire communautaire, la question de la dévitalisation des centres-bourgs et de leur reconquête se pose. « Nous avons lancé une étude sur les gisements fonciers qui nous a permis d'identifier plusieurs îlots utilisables pour des logements sociaux », déclare l'élue.

Pour les logements sociaux justement, les chiffres ne sont pas au rendez-vous. Sur les cinq communes concernées par les 20 % de logements sociaux imposés par la loi SRU, une seule, Montbrison-Moingt, dépasse le seuil avec plus de 25 %. Les autres (Saint-Just-Saint-Rambert, Saint-Romain-le-Puy, Bonson, Sury-le-Comtal) sont à la traîne. Des dispositifs comme le PSLA devraient permettre de rattraper ce retard.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide