Fermer la publicité

Loire Forez : Alain Berthéas réélu à la présidence : un candidat, quinze bulletins blancs

Loire le 23 avril 2014 - Louis Thubert - Forez - article lu 2751 fois

Loire Forez : Alain Berthéas réélu à la présidence : un candidat, quinze bulletins blancs
S'il était le seul en lice, Alain Berthéas n'arrivait pas en terrain conquis. Elu avec 66 voix sur 84, il reste président de la communauté d'agglomération Loire Forez. Et indique avoir entendu les inquiétudes des quinze conseillers qui ont voté blanc.

L'affaire fut rondement menée.

Présentée comme le « 3e tour » des municipales, l'élection du président de la communauté d'agglomération Loire Forez n'a donné lieu à aucun affrontement, aucune impression autre que la reconduction, à une large majorité, d'Alain Berthéas, déjà aux commandes de 2008 à aujourd'hui. Elu le 22 avril à 66 voix pour (sur les 85 conseillers communautaires, seul un était absent), Alain Berthéas, seul candidat déclaré, repart pour un deuxième mandat. « J'espère que nous saurons construire ensemble des actions pour faire évoluer l'agglomération », a déclaré le président reconduit. Si son élection est confortable, il n'a toutefois pas l'unanimité et surtout, d'autres personnes auraient pu se présenter contre lui.

Le cas Bazile

Maire de Montbrison depuis moins d'un mois, Christophe Bazile laissait encore, quelques jours après son élection, planer le doute, refusant d'infirmer ou de confirmer sa candidature au poste de président de Loire Forez. Pendant sa campagne, il évoquait la nécessité de « replacer Montbrison, ville-centre, au cœur de l'agglo ». Ce qui pouvait vouloir dire briguer la présidence. Lors du vote du 22 avril, Christophe Bazile, qui ne s'était pas porté candidat, a reçu tout de même une voix.

Pourtant, son élection à la tête de l'intercommunalité, si elle était probable, était loin d'être sûre. Tout d'abord, c'est le premier mandat du vétérinaire montbrisonnais en tant que maire, et il pouvait souhaiter se concentrer sur sa commune. De plus, en 10 ans d'existence, la présidence de l'agglomération n'est jamais allé au maire de Montbrison. Dans une intercommunalité qui compte des villages de quelques centaines d'habitants et des villes de plus de 15 000, c'est aussi une forme d'équilibre.

Corinne Richard, à nouveau ?

Alors qu'elle déclarait sa candidature au poste de maire de Sury-le-Comtal, Corinne Richard, qui présida Loire Forez de 2004 à 2008, laissait entendre qu'elle était prête à relever à nouveau le défi. Mais avec 38 % des suffrages le 30 mars, elle est élue dans l'opposition municipal suryquoise. Dès lors, difficile pour elle de se présenter à la tête de l'agglommération si elle n'est arrivée qu'en seconde position dans sa commune. Même forte de son expérience de présidente. Un conseiller communautaire a tout de même voté pour elle.

Les petites communes contre les grosses

Quinze bulletins blancs (1): malgré son élection à plus de 78 % des suffrages, Alain Berthéas n'a pas remporté l'unanimité. Selon la rumeur, les élus de certains villages reprocheraient à Loire Forez de se distribuer entre Montbrison et Saint-Just-Saint-Rambert, où M. Berthéas est également conseiller municipal. Les médiathèques tête de réseau, installées dans ces deux communes, seraient la preuve de ce partage peu équitable pour les villages foréziens. Les bulletins blancs, l'expression silencieuse, faute de candidat pour la porter, de cette désapprobation. A défaut d'avoir remis en cause le siège d'Alain Berthéas, cette inquiétude a été entendue le soir du scrutin « Quand on gagne une élection, il faut savoir être à l'écoute des messages passés », a déclaré le président après son élection.

Louis Thubert

(1) et un nul



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide