Fermer la publicité

Loire Etude investit à Saint-Chamond

Loire le 27 mars 2015 - Denis MEYNARD - Industrie - article lu 1165 fois

Loire Etude investit à Saint-Chamond

La PME propose à ses clients de l'automobile une variante du formage à chaud qu'elle pratique pour le secteur aéronautique.

Loire Etude est en train de réaliser un investissement de 1,5 M€ à Saint-Chamond, dans le cadre de sa réorientation stratégique en faveur de la technologie du formage à chaud. Le nouvel outil en cours d’installation comprend notamment une presse hydraulique de 1 000 t.

Après avoir obtenu l’engagement de la Banque publique d’investissement pour un prêt à l’innovation à 0 %, sur 7 ans, la PME dirigée par Michel Garson a reçu le soutien de Fonds régional d'Investissement Rhône-Alpes (FRI, destiné à soutenir le développement et le redéploiement de PME sous-capitalisées). Tandis que ce dernier est devenu actionnaire à hauteur de 20%, via un achat de titres et une augmentation de capital, l’entreprise a souscrit un prêt bancaire classique de 360 000 €.

« Notre savoir-faire du formage à chaud pour l’aéronautique va être développé pour certains de notre clients de l’automobile, moyennant une technologie voisine », indique le PDG et principal actionnaire. Il se positionne un marché rendu porteur par le souci des constructeurs d’un allégement du poids de véhicules et sort ainsi de la démarche de simple sous-traitance pour celle consistant à apporter des réponses à plus forte valeur ajoutée. « Nous travaillons désormais avec leurs centres de recherches, plutôt qu’avec les personnes de leurs services achat à la recherche de prix toujours plus bas », résume Michel Garson.

Une évolution qui permet à l’entreprise ligérienne de continuer à travailler pour ce secteur devenu très concurrentiel et périlleux pour celles dont le chiffre d’affaires est réalisé avec très peu de clients, lesquels sont en position de force pour imposer des baisses de prix. Le formage à froid, activité historique de Loire Etude, « représente encore les trois-quarts de notre activité », souligne le PDG, qui réalise 50 % de son chiffre en Allemagne, notamment dans le domaine des pièces de forte épaisseur, constituant des éléments de châssis de véhicules, ou bien devant répondre à des contraintes spécifiques. La PME de 70 salariés, dont la moitié travaillent dans son unité de Roumanie, table cette année sur une croissance de 20 % de ses ventes, qui se sont élevées à 6 M€ en 2014.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide