Fermer la publicité

Loi autonomie : « bousculer les habitudes de cloisonnement »

Loire le 11 décembre 2014 - Daniel Brignon - Société - article lu 321 fois

Loi autonomie : « bousculer les habitudes de cloisonnement »
Laurence Rossignol, secrétaire d'État chargée de la Famille, des Personnes âgées et de l'Autonomie était lundi à Saint-Etienne pour introduire le colloque Défi autonomie, 8e du nom, et ce faisant défendre une nouvelle fois un projet de loi autonomie, que tant de ministres auparavant avaient annoncé.

« La loi attendue et espérée, on en annonce la sortie depuis 8 ans au fil des colloques », faisait observer Alain Poulet, organisateur de Défi autonomie, notant toutefois que « demain est devenu aujourd'hui », parlant de l'imminence de l'avènement d'une loi connue sous le nom « loi relative à l'adaptation de la société au vieillissement », aujourd'hui au Parlement. La ministre n'avait pas besoin d'en présenter les contours que Claude Bourdelle représentant le conseil général, et Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne se sont attachés à faire, évoquant ses trois axes formant un triple A : « anticiper, adapter, accompagner ».

« La loi attendue et espérée, on en annonce la sortie depuis 8 ans au fil des colloques », faisait observer Alain Poulet, organisateur de Défi autonomie, notant toutefois que « demain est devenu aujourd’hui », parlant de l’imminence de l’avènement d’une loi connue sous le nom « loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement », aujourd’hui au Parlement.
La ministre n’avait pas besoin d’en présenter les contours que Claude Bourdelle représentant le conseil général, et Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne se sont attachés à faire, évoquant ses trois axes formant un triple A : « anticiper, adapter, accompagner ».
« Vous en avez fort bien parlé », leur répondait Laurence Rossignol en cherchant à en  traduire surtout l’esprit. « C’est un changement de paradigme : ne plus appréhender la vieillesse par la dépendance et le handicap mais comme un parcours le plus confortable possible. Parler d’autonomie c’est parler de droits et de dignité. C’est un vrai défi, un changement de société, un changement de regard », sur la vieillesse qui ne doit pas « transformer les personnes en clones dépersonnalisés ».
Sur le thème de l’accompagnement, la loi introduit « des droits nouveaux, comme la baisse du reste à charge de l’Apa », souligne la ministre. Concernant l’adaptation de la société « cela signifie, dans toutes nos activités, produire des objets adaptés ». Le principe de l’anticipation se traduit par « un dispositif individualisé de prévention ».

« Décloisonner »

Laurence Rossignol insistait sur une « avancée importante » de la loi qui consiste à « sortir des financements parallèles, cloisonnés », à travers la mise en place des conférences des financeurs permettant « aux acteurs de coordonner leurs interventions » et le « rapprochement des services infirmiers et des services d’aide à domicile, mutualisés pour une prise en charge globale », des évolutions qui vont « bousculer le code des habitudes de cloisonnement ».
Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide