Fermer la publicité

Logements - Réhabilitation énergétique : l’approche coresponsable de la SDH et de la CNL

Isère le 10 avril 2014 - La Rédaction - Région grenobloise - article lu 929 fois

Logements - Réhabilitation énergétique : l’approche coresponsable de la SDH et de la CNL
De gauche à droite : Gérard Poncet, Président de la SDH, Frédéric Rolland, Directeur de la SDH, Henri Darmet, Président de la CNL, Alain Fayen, Directeur de l'immobilier et juridique de la SDH (D.R.)

40 M€ seront investis par la SDH d’ici 2020 pour ramener les logements les plus énergivores (classe F) a des seuils proches des nouvelles constructions BBC (classe B ou C), à raison de 300 logements par an.

Cet effort des bailleurs sociaux, contraints d’investir sur leurs fonds propres aux côtés des engagements de l’état, a été accompagné par une loi en 2009 impliquant également les locataires. « La troisième ligne de  quittance », contribution que peuvent exiger les bailleurs, est au cœur de la concertation entre le premier bailleur social de l’Isère et l’association de défense des habitants et des consommateurs. Le décret évalue mécaniquement cette participation à 50% des économies de charges après travaux, en ne tenant pas compte des réalités des économies d’énergie, et en engageant le locataire sur une durée de 15 ans. «  Nous aurions pu faire appliquer strictement cette loi, qui est plutôt à notre avantage, explique Frédéric Rolland, Directeur général de la SDH, mais ce n’est pas dans notre stratégie,  nous préférons favoriser tout ce qui peut permettre aux locataires, surtout ceux en difficulté, de ne pas tomber dans la précarité énergétique avec des coûts supplémentaires ». La convention va donc au-delà des limites de la loi, et bénéficiera avant tout aux usagers, avec un principe de base cher à la CNL : la gouvernance énergétique, élargissant cette contribution à l’ensemble des acteurs impliqués dans la consommation d’énergie d’un bâtiment : concepteurs, prestataires, gestionnaires et usagers. L’évaluation sera faite à partir de plusieurs aménagements : calculs des économies sur la base d’éléments vérifiables, mises en place d’instrumentation de mesure d’économies réelles et de logements témoins, participation des habitants dans la construction des programmes de travaux, sensibilisation et formation des prestataires. «Cet accord conditionne l’adhésion des habitants dans un contexte financier et législatif difficile, il est un garde fou qui nous va assez bien. A l’heure actuelle, la SDH est le seul bailleur qui ait joué le jeu, s’est félicité Henri Darmet, Président de la CNL ».


La CNL de L’Isère

Crée en 1939, la fédération est affiliée à la confédération nationale du logement. Elle rassemble 1100 adhérents, et 126 associations de locataires. Ses missions : défendre les droits et intérêts des locataires et des propriétaires occupants, au sein des instances du logements, les représenter auprès des collectivités et de l’Etat, et services publics locaux de l’énergie et de l’eau, les informer et les soutenir dans la lutte pour leurs droits.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide