Fermer la publicité

Logement social : l'Isère en déséquilibre ?

Isère le 14 novembre 2015 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Société - article lu 110 fois

Logement social : l'Isère en déséquilibre ?
Caroline Thermoz-Liaudy - Les professionnels du logement se sont réunis pour faire un point sur le logement social en Isère

Le rythme de construction de logements sociaux se maintient en Isère, mais reste en dessous des objectifs fixés. Alors que dans certains territoires, la demande est incontestablement supérieure à l'offre, les professionnels de l'habitat social se sont réunis pour leur conférence annuelle.

Le logement est la première préoccupation des français. Pour les collectivités, il est un sujet complexe parce qu’à la confluence de différentes politiques, dont celle de l’économie et de l’action sociale. En ouverture de la conférence départementale de l’habitat qui se tenait cette année au sein du conseil départemental, le président Jean-Pierre Barbier expliquait : « Le logement n’est pas une compétence du Département, mais nous sommes garant de 1,2 M€ de prêt, et nous avons la volonté de soutenir l’activité économique, notamment celle du BTP ».
Un message optimiste en ouverture pour un sujet complexe, qui rassemblait les principaux bailleurs et professionnels du logement de l’Isère. Des professionnels qui doivent gérer chaque année 14 000 demandes de logement (dont 6 à 7000 par mutation), et dont 60 à 70% pour des personnes qui ont des ressources inférieures au PLAI (Prêt locatif aidé d'intégration). « Pourtant les demandeurs sont des actifs, obligés de trouver un logement loin de leur lieu de travail, avec tout ce que cela induit d’embouteillages, de pollution ou de frais d’entretien de véhicules », explique le préfet. Et d’ajouter qu’en matière de logement social et de mixité, il reste du chemin à parcourir. « En fin d’année, je vais rendre des crédits  dédiés au logement, au bénéfice de territoires qui en ont besoin, parce que nous serons en deçà des objectifs que nous nous étions fixés. »
Outre le « choix » de s’éloigner de leur lieu de travail, les acquéreurs les plus modestes choisiraient des logements de moindre qualité énergétique. Ainsi, sur les 600 000 logements du département, 30 000 seraient sans confort, voire dangereux.
En Isère, la demande de logement social se concentre principalement dans les quatre agglomérations urbaines : Métropole (13 826 demandes pour 3 619 attributions), CAPI (3 092 demandes pour 1368 attributions), Vienn’Agglo (1 925 pour 622) et le Pays Voironnais (1721 pour 719). On peut y ajouter la communauté de communes du Grésivaudan avec 1761 demandes pour 479 attributions. Des écarts explicables en grande majorité par le nombre de logements sociaux existants. Certains territoires du nord, comme le Pays Saint-Jeannais, se voient saturés, avec plus de 5 demandes pour un logement.
Parallèlement, le rythme de construction se maintient, avec 1818 logements financés par l’Etat en 2014, dont 62% de PLUS (Prêt Locatif à Usage Social), et 25% en PLAI cofinancé par le Département.

Caroline Thermoz-Liaudy
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide