Fermer la publicité

Logement durable : La SDH réinvente l'appartement témoin

Isère le 20 septembre 2015 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Région grenobloise - article lu 300 fois

Logement durable : La SDH réinvente l'appartement témoin
Caroline Thermoz-Liaudy - Inauguration Echo logis

Entre « l'orange bleue », référence au poète surréaliste Paul Eluard, et le nom de l'appartement pédagogique : « écho logis », la SDH a fait dans la poésie.

 

Mais évidemment, l'originalité de cet appartement témoin réside dans toute autre chose, notamment sa conception, et les enseignements que l'on peut en tirer, pour la planète et pour son pouvoir d'achat. La SDH a inauguré le 15 septembre à Echirolles, un appartement pédagogique, qui a la particularité d’être surtout témoin de nos mauvaises habitudes. L’objectif : aider les locataires à maîtriser leur consommation d’énergie, et éviter le gaspillage inutile.


La résidence « l’orange bleue » a déjà la particularité d’être le premier programme locatif passif d’envergure en milieu urbain. L’opération compte 62 logements sociaux, dont 27 labélisés BBC, et 35 passifs. Les performances énergétiques attendues : 15kwh/ep/m²/an pour le passif et 25 pour les BBC. Des attentes qui seront réalisables à condition que le comportement des habitants soit adapté. D’où l’intérêt de « l’écho logis » qui permet de mettre les locataires en situation réelle pour leur montrer les gestes à suivre. Animé par le personnel de la SDH et des partenaires extérieurs pendant plusieurs semaines, les ateliers sont proposés aux inscrits.


La plupart des enseignements prodigués conviennent à tous, y compris à ceux qui n’habitent pas dans des appartements déjà bien isolés, ou bien équipés. Et les mises en scène parlent d’elles même : des bouteilles d’eau empilées côte à côte pour marquer la différence entre le bain et la douche. La différence de consommation entre deux ampoules, le tri des déchets, l’utilisation de multiprises à interrupteur pour ne pas laisser ses appareils en veille…

Un enseignement reste pourtant utile pour les seuls locataires des logements passifs, et il concerne le chauffage. En effet, ces logements ne disposent pas de radiateurs. Le chauffage est collectif et assuré par une sous-station de chauffage urbain. En raison de l’isolation intérieure et extérieure, qui protège de la chaleur l’été, et des fuites l’hiver, une température de 19° environ est maintenue dans les logements, « à condition de ne pas garder les fenêtres ouvertes toute la journée, d’où l’intérêt de ces ateliers pédagogiques » explique Frédéric Rolland, directeur de la SDH. Au tour ensuite du maire d’Echirolles Renzo Sulli : « Ce logement permet d’agir sur les deux éléments importants que sont la fracture énergétique et la fracture sociale ». La SDH devrait elle aussi tirer des enseignements de ces ateliers, puisque les retours d’expériences seront recueillis pour d’éventuels progrès à apporter.

Caroline Thermoz-Liaudy
 

 

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide