Fermer la publicité

Listes électorales de Saint-Etienne : il est encore temps de s'inscrire

Loire le 26 août 2015 - Mathieu Ozanam - Collectivités locales - article lu 148 fois

Listes électorales de Saint-Etienne : il est encore temps de s'inscrire
Georges Rivoire - Pour que les urnes ne demeurent pas vides aux régionales, les listes électorales ont été rouvertes

Les retardataires et les jeunes qui vont atteindre leur majorité début décembre pourront voter aux élections régionales des 6 et 13 décembre prochains. Les listes électorales sont exceptionnellement ouvertes jusqu'au 30 septembre à la mairie de Saint-Etienne.

Une élection au mois de décembre, ça ne s’était pas vu en France depuis 50 ans. L’élection présidentielle des 5 et 19 décembre 1965 est la première à se dérouler au suffrage universel direct. Et depuis aucun scrutin n’a été organisé à cette date au plan national. Le choix des 6 et 13 décembre pour les deux tours des régionales a pu faire craindre au gouvernement une désaffection des Français. C’est la raison pour laquelle le Parlement a voté le 13 juillet dernier une loi autorisant la réouverture exceptionnelle des délais d’inscription sur les listes électorales jusqu’au 30 septembre.

« Cela tombe à point nommé, explique Gilles Artigues, 1er adjoint au maire de Saint-Etienne, car nous voulions faire un travail en profondeur de remise à jour des listes. » Les élections municipales de 2014 avaient fait apparaître un nombre important de cartes d’électeurs revenues avec la mention « n’habite pas à l’adresse indiquée ». De l’ordre de 13 % du corps électoral stéphanois qui s’élève à environ 96 000 inscrits.

Des cartes orphelines

La commission administrative chargée de la révision des listes réunie trois représentants : du préfet, du tribunal de grande instance et du maire. Pour apurer les listes stéphanoises, elle a choisi de croiser ses fichiers avec ceux des changements de domiciliation de la Poste, des inscriptions des enfants dans les écoles, des demandes de renouvellement de pièces d’identité, de tirage au sort des jurés des Assises. Une démarche qui a permis d’identifier 4 500 cas. Ces personnes ont reçu deux courriers les avisant de la prise en compte de leur nouvelle adresse pour la révision des listes et l’affectation dans leur nouveau bureau de vote. En l’absence de réponse l’accord est tacite, les recours sont possibles auprès du service concerné. Il reste 4 000 autres cas qui seront révisés l’an prochain en croisant d’autres fichiers. « Il faudrait que chaque électeur se pose la question de savoir s’il a reçu sa carte ou non, fait remarquer Anne-François Viallon, conseillère municipale déléguée aux élections. Et si ce n’est pas le cas de se demander pourquoi. »

Mathieu Ozanam



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide