Fermer la publicité

Liquidation judiciaire de La Boutique du linge

Loire le 15 mai 2015 - Denis MEYNARD - Services - article lu 641 fois

Liquidation judiciaire de La Boutique du linge
Georges Rivoire - La Ville a décidé de retirer le marché pluri-annuel relatif au linge des pensionnaires des maisons de retraite

La principale entreprise d'insertion de l'agglomération va disparaître, après la perte de son marché avec la ville de Saint-Etienne.

Près d’un an après sa mise en redressement judiciaire par le Tribunal de grande instance de Saint-Etienne, La Boutique du linge a été placée en liquidation judiciaire le 7 mai, faute de repreneur. Créée voici 20 ans, cette entreprise d’insertion, la plus importante de la région stéphanoise (après l’antenne locale de la structure nationale Envie) par le nombre de personnes qui y travaillaient, elle a obtenu une poursuite d’activité jusqu’au 31 mai pour permettre aux contrats de travail s’achevant fin mai d’aller à leur terme.

Le TGI a constaté que la structure associative n’a pas réussi à remplacer la perte de son marché de blanchisserie avec la Ville de Saint-Etienne. Ce dernier représentait 70 % du chiffre d’affaires. La collectivité a décidé fin 2014 de lui retirer le marché pluri-annuel relatif au linge des pensionnaires des maisons de retraite municipales et elle a parallèlement lancé un appel d’offre pour rechercher un nouveau prestataire à compter de juin.

Georges Ziegler, adjoint aux affaires sociales de la municipalité, explique que « le marché n’a pas été renouvelé à cause de problèmes de qualité du service rendu aux résidents, qui n’ont pas pu être réglés au cours des derniers mois ». Gilbert Delahaye, président de La Boutique du linge, a vainement tenté de faire valoir auprès du tribunal d'être en attente de nouveaux marchés avec l’Adapei et la Croix-Rouge, qui lui permettraient de compenser partiellement la perte de celui de la Ville de Saint-Etienne. Mais l’association qui avait réduit de 16 à 7 le nombre de ses salariés n’a pas obtenu la prolongation de la période d’observation demandée.

Depuis l’arrêt de son activité de confection et retouche, la blanchisserie était devenue la principale activité de cette structure qui employait essentiellement du personnel féminin. Elle proposait aussi localement un service de conciergerie au profit de plusieurs grandes entreprises, telles que Casino ou EDF.

Denis Meynard

 

©Georges Rivoire

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide