Fermer la publicité

Leur guerre de 14 : Saint-Just-la-Pendue

Loire le 11 septembre 2014 - Louis Pralus - Actualités - article lu 260 fois

Leur guerre de 14 : Saint-Just-la-Pendue
(D.R.)

« A Saint-Just-la-Pendue il y eut 105 tués.

La famille Vergiat eut trois fils tués : pour annoncer le premier tué, le garde-champêtre y est allé ; pour le deuxième, c'est le maire qui y est allé ; pour le troisième, ni l'un ni l'autre ne voulait y aller, alors ils y sont allés ensemble. Quand les familles voyaient arriver le garde ils savaient que c'était une mauvaise nouvelle. Mon parrain avait été une première fois blessé au début de la guerre. Mais une fois sa convalescence finie, il est remonté commander au front avec sa canne : il était sergent et il a été encore une fois blessé. Ils m'ont raconté, lui ou mon père, que lorsqu'il y avait un copain tué à côté d'eux, ils prenaient sa montre et ils la portaient à la famille et aussi qu'on avait  fusillé un soldat qui avait refusé de porter le pantalon d'un copain tué à côté de lui... Un autre de Saint-Just-la-Pendue, Joannès Mondière, est resté deux jours dans un trou d'obus sous une pluie de mitraille, la jambe droite cassée en trois endroits : il a été amputé.  »

Recueillis par Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide