Fermer la publicité

Les voyages forment la jeunesse !

Loire le 12 septembre 2014 - Xavier Alix - Agglomération stéphanoise - article lu 346 fois

D’accord, avec l’Europe, il y a 16 000 km à « se farcir ».

D’accord, il y a six matchs à jouer en plus d’ici l’hiver, cinq en fait, étant donné que tout Européen français est dispensé de 16e en Coupe de la Ligue. D’accord, il y a déjà des blessés. Voici un scoop : il y en aura d’autres. Ces arguments sont-ils valables pour empiler encore et toujours des contrats de joueurs moyens puisque comme les autres de L1, nous n’avons pas les moyens financiers (ou structurels ? Suivez ce regard louchant vers le Portugal) de faire mieux ? Joueurs prédestinés à aller s’entretenir en CFA une fois l’effectif revenu au complet (celui-ci n’a pas réellement diminué en quantité) ou en cas d’élimination précocement acquise en UEFA. Ce, en lieu et place des jeunes pousses vertes censées s’y aguerrir. Il n’y a pas eu de signatures le 31 août entre 20 h et minuit ? Tant pis pour les aficionados des médias pseudo spécialisés, et surtout improvisés, du web. Tant mieux pour une formation actuellement classée relégable (18e sur les 20 premiers centres des clubs pros ; Châteauroux est devant nous !). C’est peut-être l’occasion de voir ce qu’elle a dans le ventre à l’heure où elle ne fournit plus personne aux sélections jeunes des Bleus : des - 17 ans aux espoirs depuis le départ de Zouma... Combien de joueurs tout nouveau - tout neuf ont vraiment eu leur chance chez les pros depuis 2008/2009 ? 8 : Rivière, Guilavogui, Andreu, Nery, Ghoulam, Zouma, Diomandé, Saadi. Ce n’est pas rien et pas énorme à la fois. Pendant ce temps, notre voisin lyonnais donnait sa chance (au moins un peu) à 21 de ses jeunes : Gonalons, Grenier, Pied, Kolodziejczak, Tafer, Gassama, Lacazette, Belfodil, Umtiti, Lopes, Pléa, Ferri, Tolisso, Fekir, Ghezzal, Koné, Zeffane, Bahlouli, Yattara, N’Jie, Benzia. Certes, cela illustre aussi la guigne et le déclin lyonnais. Mais à regarder de plus près sans eux, l’OL serait encore plus bas. Face à la nouvelle charge de travail « démentielle », nos Chapuis, Bamba Nyemeck, Saint-Maximin et autres peuvent peut-être soulager...

Xavier Alix




À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide