Fermer la publicité

Les voeux de la CRCC de Lyon

Rhône le 06 février 2015 - Correspondant - Vie juridique - article lu 641 fois

A l'occasion de la cérémonie des vœux qui s'est déroulée début janvier dans les salons du Sofitel de Lyon, plus de 250 commissaires aux comptes ainsi que de nombreuses personnalités du monde judiciaire, politique et économique, étaient réunis autour du président de la Compagnie régionale des commissaires aux comptes de Lyon.

L’occasion pour Olivier Arthaud, nouveau président de la Compagnie régionale des commissaires aux comptes de Lyon, de prendre ses fonctions, représentant les 900 membres de cette Compagnie régionale, qui exercent dans le Rhône, la Loire et l’Ain. L’intervention du nouveau président a porté sur le contexte économique et politique actuel, l’évolution de la profession de commissaire aux comptes avec la réforme européenne de l’audit, et enfin les axes de travail mis en œuvre par le conseil régional de la CRCC de Lyon pour les deux ans de mandature à venir.
Sur le volet économique, il a rappelé que « notre pays souffre de nombreux handicaps, notamment des coûts salariaux trop élevés, une recherche et développement clairement à la traine par rapport aux autres pays, un autofinancement insuffisant, des PME trop petites, et bien évidemment, une fiscalité devenue décourageante ». Le président de la CRCC de Lyon a insisté : « Les réformes de fond qui s’imposent n’ont toujours pas été engagées, contrairement à ce qui a été fait avec succès dans d’autres pays comme le Canada, l’Allemagne ou la Nouvelle-Zélande ».
Et d’aboutir à la conclusion que la crise politique que nous vivons en France provient avant tout d’un manque de confiance des citoyens en leurs gouvernants : « Le fruit de budgets jamais tenus depuis trente ans, et d’une dérive comptable et financière qui a fait perdre confiance à tout un peuple dans le système même de l’Etat. »
Olivier Arthaud a insisté sur « le rôle du commissaire aux comptes qui est au centre de la vie économique et financière de notre pays, de surcroît dans un contexte difficile. Ses missions permettent de préserver un facteur essentiel de la croissance : la confiance. Et de cette confiance, nous en sommes les gardiens ».



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide