Fermer la publicité

Les Toits Notre Dame, un an après

Loire le 17 juillet 2015 - Béatrice Bonnamour - Roannais - article lu 262 fois

Les Toits Notre Dame, un an après
Le local rue des Thermes romains

Après un an d'activités les bénévoles continuent d'accompagner les familles dans chaque lieu de mise à l'abri mais l'accueil selon la charte de l'association doit être de courte durée.

La création de LTND remonte à  mai 2014. C’est le père Xavier Grillon, vicaire épiscopal du Roannais, et des membres d’associations tels le Secours catholique, la Croix-rouge, La Boutique Santé notamment qui ont porté sur les fonts baptismaux l’association dont la finalité est de mettre à l’abri des Sans Papiers dans une situation d’urgence pour de courtes durées.

Cette mise à l’abri s’articule sur une convention de partenariat entre les propriétaires de locaux et sur un contrat de mise à l’abri signé par les familles. « Un contrat de courte durée, renouvelable. Conventions et contrats mentionnent précisément dès leurs signatures, date de début et date de fin, a expliqué le président Patrick Choplin, lors de l’AG du 9 juin. Ce chantier dépasse le cadre d’une association et même d’une paroisse, il concerne tout chrétien. »

Les locaux conventionnés avec LTND sont : à Roanne (rue des Thermes Romains) une grande pièce et à la paroisse Saint-Antoine 3 grandes pièces ; à Régny, une maison ; au Coteau un T4 ;  à  la paroisse Bernadette Soubirous, 3 grandes pièces ; au centre Notre-Dame, un petit appartement complet ;  à Saint-Léger, une petite maison ; à Riorges Beaucueil, un petit appartement. 

Les familles accueillies sont d’origine kosovare, angolaise, gabonaie, arménienne,rRusse, soudanaise… « La cohabitation a parfois créé des problèmes qu’il a fallu apaiser, reconnaît le président. La majorité ont l’obligation de quitter le territoire français et ont déposé des recours. Ce n’est pas simple pour les associations de lire  cohérence des autorités et sort des familles. »

La mise à l’abri est de courte durée mais en raison de la scolarité de certains enfants elle a été prolongée jusqu’à fin juin, cependant elle ne peut aller au-delà dans le respect des conventions vis-à-vis des propriétaires et pour permettre de répondre à de nouvelles demandes  a indiqué  Patrick Choplin.

B. P.B



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide