Fermer la publicité

Les Sentinelles aux Dardanelles

le 17 décembre 2014 - Mathieu OZANAM - Livres - article lu 116 fois

Les Sentinelles aux Dardanelles
Xavier Dorison (scénario) et Enrique Breccia (dessin) - Les Sentinelles, T. 4, Les Dardanelles,

Hormis Superdupont et Fantomette, les super héros français ne sont pas légion. Xavier Dorison (scénario) et Enrique Breccia (dessin) ont comblé cette lacune dans l'univers de la BD en imaginant « Les Sentinelles ».

L’histoire commence au tome 1 en 1911 au Maroc où l’armée française crée une section secrète constituée de Taillefer, un soldat à qui des bras et des jambes mécaniques ont été greffées. Il est accompagné de Djibouti, à la force herculéenne, et de Pégase, doté de propulseurs pour voler. Dans ce 4e tome ils sont envoyés dans les Dardanelles en 1915 pour venir en aide aux Alliés englués sur les plages de la péninsule de Gallipoli. Ils font face à l’armée turque, appuyée techniquement par les Allemands. Et justement ils ont eux aussi armé un colosse d’une cuirasse et des deux lance-flammes.

Plongé dans un conflit sans issue dans lequel s’entête le commandement, le quotidien des « super » héros n’est guère différent de celui des fantassins qui tombent comme des mouches. Les insectes rodent d’ailleurs, faisant encore plus de dégâts que les balles en colportant les maladies. Les morts ne peuvent être enterrés dans la roche et la dysenterie se répand.

L’album à l’ambiance rétrofuturiste oscille entre Tank Girl et Inglorious Basterds de Tarentino. Les couleurs sont vives, voire criardes, l’humour corrosif, le traitement parfois flirte vers le comics. Mais les Sentinelles ne réussiront pas à changer le cours de l’histoire. Super héros made in France, certes, mais pas cocardiers.

Les Sentinelles, T. 4, Les Dardanelles, Xavier Dorison (scénario) et Enrique Breccia (dessin), Delcourt, 14,95 €.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide