Fermer la publicité

Les réflexions philosophiques chromatiques de Corie Bizouard

Loire le 27 avril 2015 - Béatrice Bonnamour - Expositions - article lu 37 fois

Les réflexions philosophiques chromatiques de Corie Bizouard
DR

Après plusieurs participations à des expositions collectives, l'artiste plasticienne présente chez Diane Crouzet, sa nouvelle exposition sur le thème : « Nous ne sommes pas seuls ».

Corie Bizouard, qui affectionne les mots, le théâtre, et bien entendu les arts plastiques invite le visiteur à réfléchir sur la vie en société. « Il y a du monde, beaucoup de monde…. Les caméras réfléchissent plus que les miroirs », constate-t-elle. « A-t-on perdu la tête ? Esprit es-tu là ? », interroge-t-elle. « Attention, le petit oiseau va sortir ! C’est dans la boîte. Derrière le voile des apparences, le mystère demeure. »

Corie via ses acryliques, collages, dessins, sculptures, installations veut mettre la lumière qui donne à voir sans accuser. Elle conduit le regard du spectateur. « Nous ne sommes pas seuls », s’exclame-t-elle à plat ou en 3D. « Regardez autour de vous et surtout ne vous enfermez pas. L’enfermement c’est l’enfer », crie-t-elle, via ses œuvres picturales. « Nous sommes des vivants. Ne pas aller vers les autres, c’est comme être mort. Il faut garder son œil ouvert, son cœur ouvert comme une porte qui laisse entrer le soleil et chasse l’ombre », dit-elle d’un coup de brosse joyeux, même si parfois les tonalités de ses toiles restent sourdes.

L’artiste aborde plusieurs thèmes passant avec dextérité de la peinture à la sculpture, aux installations : Muses et Cornemuses, Les saltimbanques, La part du vide, l’oiseleur »… autant de titres et d’œuvres diverses qui font rimer lumière et mystère. L’artiste sait créer le dialogue entre l’imaginaire du spectateur et le sien.

« Je cueille tout avec poésie », confie celle qui s’émerveille devant la nature, la beauté d’une fleur ou d’une goutte de rosée prise dans l’éclat du matin, le chant d’un oiseau, la légèreté d’une plume qui vole aérienne ou participe à l’écriture. Elle nous invite à regarder autant avec notre cœur qu’avec nos yeux. Elle cherche tout en nous laissant notre liberté à savoir choisir quel regard à porter sur les choses, les évènements.  A ne plus être prisonnier comme le petit monde qu’elle sculpte enfermé dans des globes ou dans des bulles. Ses saltimbanques, sculptures de papier questionnent.

Envolons nous avec « l’oiseleur » sur les ailes du rêve. Chez Corie Bizouard, tout est prétexte à la rêverie, à l’humour.

 

Béatrice Perrod-Bonnamour

 

+ NOTES: Expo jusqu’au 24 mai. 8 Rue Brison, 42300 Roanne. 04 77 67 49 69



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide