Fermer la publicité

Les procès perdus de la Ville de Roanne

Loire le 10 juillet 2015 - Louis Pralus - Roannais - article lu 415 fois

Les procès perdus de la Ville de Roanne

Au conseil municipal du jeudi 2 juillet, Yves Nicolin a fait part du résultat des actions en justice contre la Ville de Roanne.

La Ville de Roanne doit verser 15 100 € à Adrien Gauthier pour préjudice plus frais d'avocat. Directeur de la communication de la Ville, engagé par Yves Nicolin, il avait été congédié par Laure Déroche à son arrivée, après 7 ans de service au prétexte qu'il ne faisait pas assez de propositions et n'anticipait pas. Il a gagné son procès aux prud'hommes contre la Ville.

Même scénario pour Anne-Marie Barret, embauchée par Yves Nicolin comme directrice du théâtre, et démise de ses fonctions par Laure Déroche. Elle a gagné aux prud'hommes contre la Ville qui est condamnée à lui verser 25 000 €. Mais heureuse issue, ayant été réembauchée au poste de directrice du théâtre par Y. Nicolin , elle renonce à ses indemnités de préjudice.

Invisible Sarah Brosset.

Absente depuis plusieurs séances, l'élue Front national renonce à ses délégations dans les commissions et  propose de les transférer à son coéquipier M. Millon. Ce qui est accepté. Par ailleurs le Front national local avertit le maire qu'il renonce à un bureau à l'hôtel de ville, n'en ayant pas l'usage. Bureau qu'il avait réclamé au début du mandat. Commentaire d'Yves Nicolin : « Nous avions engagé 3 000 € de frais pour ce bureau et vous n'en voulez plus mais il servira à d'autres. Je vois qu'après les élections le Front national ne s'intéresse plus à la vie municipale. On ne voit plus Mme Brosset... »

Par ailleurs, le maire travaille à un transfert de la compétence culture à Roannais Agglomération. Ce transfert commencera par la musique puis la lecture et sans doute finira par  les grands équipements culturels.

Enfin sur le volet sécurité, Marie-Hélène Riamon (PS) interpelle le maire sur les  caméras vidéo au centre technique. Contre ce projet, elle soutient les salariés qui s'y opposent. « Ce ne sont pas les salariés qui sont contre c'est la seule CGT. Il y a un système d'accès badgé et un contrôle pour  les dépenses de carburant, j'ajoute une mesure complémentaire : deux caméras vidéo en cas de vol, d'agression. Pourquoi se sentir visé si on a l'esprit tranquille ? Mme Riamon, si vous sortiez du dogme sur la vidéo  vous diriez que c'est une mesure de protection... », corrige Yves Nicolin.

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide