Fermer la publicité

Les offices de tourisme de la Loire, tentés par le tourisme participatif

Loire le 08 juin 2015 - Louis Thubert - Sciences, Santé, Environnement - article lu 123 fois

Les offices de tourisme de la Loire, tentés par le tourisme participatif
Louis Thubert - Véronique Chaverot, avec Patrice Couchaud, maire de Champdieu, et Bernard Billon, président de la FDOTSI de la Loire.

La FDOTSI de la Loire a organisé son assemblée générale à Champdieu, le 3 juin dernier. Et a expliqué à ses membres le principe du tourisme participatif, via le système des greeters.

Le 3 juin, le prieuré roman de Champdieu était occupé par de nombreux élus locaux et représentants des offices de tourisme : la fédération départementale de tourisme et syndicats d'initiative (FDOTSI) de la Loire tenait son assemblée générale. Élus, responsables d'office de tourisme étaient présent lors de cette réunion annuelle.

« 2014 a été une année riche en événement, a lancé Bernard Billon, président de la FDOTSI de la Loire. Il y a eu les assises régionales du tourisme à Chambéry, la signature d'une convention avec Rhône Alpes Tourisme. En 2014, la consommation touristique de la Loire s'est élevée à 792 M€. » Lors du rapport moral, la question du numérique - un nombre toujours croissant de touristes compare les prix sur Internet - est apparue cruciale. Mais aussi la formation des agents d'accueil. « Il faut continuer à professionnaliser les personnels », a préconisé Bernard Billon.

L'assemblée générale a aussi été l'occasion de présenter Véronique Chaverot, nouvelle vice-présidente du conseil départemental déléguée au tourisme. « Nous avons le potentiel pour faire venir nos voisins chez nous », a-t-elle déclaré.

Mais le point important, qui a nécessité un exposé avant le rapport moral, c'est le tourisme participatif. Cette initiative, qui permet de transformer des citoyens en « ambassadeurs touristiques » de leur territoire, est déjà expérimentée dans le Pilat avec le système des greeters (néologisme issue du verbe anglais to greet, accueillir). Jean-Paul Guérin, directeur de la maison du tourisme du Pilat, préfère d'ailleurs le terme greeters à celui d'ambassadeur : « un ambassadeur part faire découvrir son pays, là, ce sont des gens qui restent accueillir les touristes ». Dans le Pilat, déjà plusieurs habitants ont ce titre de greeters et le site Internet www.pilat-greeters.fr recense ces bénévoles et explique leur action. Les greeters n'auraient pas à rentrer en concurrence avec les guides professionnels, il s'agit de faire découvrir des endroits peu connus, Presque un complément aux offices de tourisme.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide