Fermer la publicité

Les objets connectés : source de plus-value pour les ETI et PME-PMI

Loire le 25 septembre 2015 - Aline Vincent - Tech et Médias - article lu 209 fois

Les objets connectés : source de plus-value pour les ETI et PME-PMI
Aline Vincent - Un ensemble de solutions et conseils proposés par 90 exposants

Le salon L'instant numérique de Roanne a été l'occasion de faire le point sur les dernières technologies. Focus sur les objets connectés au service des ETI et des PME-PMI.

« Prendre le virage des objets connectés » ou la plus-value apportée par les objets connectés aux ETI et PME grâce à l'accompagnement par des professionnels. Comment créer de nouvelles opportunités comme levier de croissance ? Les ingénieurs conseil de Cap'Tronic, de My Angel, de L'Espace numérique Entreprises, l'opérateur Sopria Stéria et Weenov Performance ont introduit par ce thème la série de conférences du salon.

En 2014, l'association Cap'Tronic1 regroupant 24 ingénieurs conseil sur toute la France, a accompagné 2 900 entreprises. My Angel est spécialiste des nouvelles technologies, plus particulièrement la gestion des données de localisation. L'Espace numérique Entreprise est également une association de conseil et assistance sur les projets liés à Internet. Weenov Performance est axé sur le conseil en stratégie marketing, design et ingénierie. Enfin le groupe Sopra-Steria offre l'un des portefeuilles les plus complets de services numériques. Ils font tous le même constat : peu d'ETI et de PME proposent des objets connectés, pourtant sources de plus-value. Mais comment faire le tri puisqu'ils sont déjà partout, de la domotique à usage grand public via une simple télécommande à l'industrie. « Or, dès qu'un objet est connecté, il prend de la valeur », soulignait Jean-Marc Alloua représentant Cap'Tronic.

Vendre non plus un simple produit, mais un service

« Il y a de nouveaux services à suggérer aux entreprises pour aller conquérir de nouveaux marchés différentiels. » Un accompagnement des ETI et PME est proposé en partant d'un état des lieux. «On part de l'observation de l'existant, d'une étude du marché et de l'environnement de l'entreprise avant d'établir les besoins encore non satisfaits et que la société pourrait apporter à ses clients. La question à se poser est " pourquoi faire " ? Comment créer de la plus-value ? On part d'une échelle de valeurs pour faire des choix, jusqu'à celui du prestataire. Les objets connectés récupèrent de l'information exploitable. Les intégrer n'est ensuite que de l'ingénierie system. Cet apport change le business modèle. La société qui commercialise un objet connecté ne vent plus un produit, mais un service. Cette nouvelle démarche modifie l'approche des salariés sur toute la chaîne. Et ce changement culturel qui doit être anticipé. »


Aline Vincent

1 www.captronic.fr



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide