Fermer la publicité

Les nouvelles tendances de la Toussaint : en milieu rural on reste plutôt classique

Isère le 29 octobre 2015 - Eric Séveyrat - Société - article lu 358 fois

Les nouvelles tendances de la Toussaint : en milieu rural on reste plutôt classique
SDG - Chez SDG à Pont-de-Chéruy, on propose des formes arrondies et zen

Les urnes en laine, les cercueils en carton, ce n'est pas pour les zones rurales ou péri-ubaines. Guère plus dans les petites villes.

Que ce soit à Voiron, ou à Pont-de-Chéruy (Isère), les professionnels interrogés affirment que la demande reste accrochée à la pierre classique, dans son immense majorité, au granit de préférence. Cette pierre la plus robuste est choisie pour sa grande résistance dans le temps : « Elle ne s’abime au fil des intempéries et des pluies acides, affirme Mme Jacques, de la marbrerie Prévieu à Voiron. Lorsque nous vendons du marbre ou de la pierre calcaire nous sommes obligés de faire signer des décharges tellement ces matériaux, qui ne sont pas forcément plus chers, sont plus fragiles. Nous ne pouvons pas les garantir, il faut de toute façon les nettoyer tous les 6 mois, à cause de la pollution… »
Côté traçabilité des pierres, il y a deux écoles, ceux qui se fournissent en France, dans le Tarn (qui est le plus gros fournisseur de granit français) ou en Bretagne ; et il y a ceux qui se fournissent en Inde et en Chine. Le granit offre une large palette de couleurs, du gris au rose en passant par le vert « Les demandes originales sont de plus en plus rares, note Mme Jacques à Voiron, on nous demande le plus simple et le moins cher. »
A Pont-de-Chéruy, Laurent Meiller qui tient la marbrerie SDG essaie bien de mettre à profit sa formation de tailleur de pierre et son professionnalisme : « On a tendance à arrondir les angles au sens propre, avec des pierres tombales aux arêtes plus rondes, des monuments plus « zen ».
Avec les pierres tombales classiques, parce que souvent moins chères, les clients demandent des objets personnalisés tels que des plaques, des gravures.

Eric Séveyrat



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide