Fermer la publicité

Les médecins roannais en grève illimitée

Loire le 02 octobre 2015 - Louis Pralus - Actualités - article lu 754 fois

Les médecins roannais en grève illimitée
Louis Pralus - Une partie du collectif roannais autour du Dr Pagès

Les quelque 100 médecins roannais seront en grève samedi 3 octobre jusqu'à mercredi 7 octobre et de façon reconductible de manière illimitée.

Le mouvement des médecins roannais contre la loi Santé de Marisol Touraine devient protestation nationale de tout le corps médical, constitué en 57 collectifs à travers la France et soutenu par le président de l'ordre des médecins. A Roanne les pharmaciens s'y associent comme les médecins spécialistes et chirurgiens de la clinique du Renaison dont 70 % des blocs seront fermés. Durant cette grève  les médecins  iront à la rencontre des habitants dans des cafés  : samedi 3 octobre à 15 h à La Taverne alsacienne à Roanne, dimanche 4 octobre à 9 h au bar Le Victor Hugo rue Mulsant à Roanne, lundi 5 octobre à 15 h à La Taverne alsacienne, mercredi 7 octobre au bar Le Californien au Coteau.
« Tous les médecins sont vent debout contre cette loi » assure un jeune praticien. Le Dr Pagès, porte-parole du collectif roannais, développe. « Cette loi va contre nos libertés. Elle empêchera de choisir son médecin. C'est  le financeur qui aura la main et non le médecin et ce sera la fin du secret médical car les mutuelles auront accès au dossier qui sera partagé avec les non médecins ! » Un autre médecin commente : « Avec cette loi c'est l'estocade finale, il y aura zéro arrivée de médecins. » Ils sont unanimes à proclamer que la loi Touraine est contraire à leur code de déontologie qui dit que le médecin ne dépend pas d'un financeur. C'est le silence total  du côté des autorités de tutelle ou du ministère de la Santé. « Les politiques nous méprisent, pense le Dr Pagès. Pas un politique de droite, du centre, d'extrême droite, d'extrême gauche ne dit quelque chose. On ne peut sortir de cette impasse que par l'abrogation de cette loi. » Le sénat  aurait pu sauver la situation puisqu'il a corrigé plusieurs articles, notamment le tiers-payant,  mais la loi revient devant les députés le 16 novembre et ils ont le dernier mot !

Ceci dit les médecins en grève répondront présents s'ils sont réquisitionnés tout en assurant qu'ils ont encore d'autres actions en vue.


Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide