Fermer la publicité

Les macarons Franck Deville entrent en bourse

Loire le 17 novembre 2014 - Denis Meynard - Actualités - article lu 2056 fois

Les macarons Franck Deville entrent en bourse
Les jeunes quadragénaires investissent 0,5 MEUR dans une nouvelle usine à Roche-la-Molière (©DENIS MEYNARD)

La PME créée en 2010 par Franck et Anne Deville fait, aujourd'hui, son entrée sur le Marché libre d’Euronext Paris.

L’événement ne devrait pas passer inaperçu, tant la cotation en bourse de nouvelles sociétés s’est raréfiée ces dernières années. Une partie des candidats à l’acquisition des titres de l’entreprise de la région stéphanoise pourrait rester sur sa faim. Car elle ne cèdera dans un premier temps que 2 000 titres, soit 0,0008% du capital (au prix de 4,01 euros par action), qui est détenu à plus de 80% par ses dirigeants, Franck Deville et son épouse Anne. La TPE ligérienne, valorisée autour de 10 M€, a prévu début 2015 une levée de fonds, à hauteur de 20% du capital, pour ramener quelque 2 M€. Née à Saint-Priest-en-Jarez, actuellement installée à La Fouillouse, avant de déménager, le mois prochain, à Roche-la-Molière, elle vise à accroître sa notoriété en direction de sa clientèle étrangère, qui représente déjà la moitié du chiffre d’affaires.


La stratégie de Franck Deville, dont le chiffre d’affaires devrait atteindre 2,5 M€ en 2014, contre 1,1 M€ l’an dernier, reste orientée prioritairement vers sa clientèle de professionnels du froid négatif, fournisseurs de l’univers de la boulangerie et de la pâtisserie, à qui il propose une gamme de plusieurs dizaines de parfums de macarons sucrés et salés. Quitte à être plus cher que ses concurrents, mais avec le souci d’une approche qualitative et d’innover avec des produits bios et des mini-choux.


Après l’Hexagone, le réseau de distribution se met en place dans des pays voisins (Royaume-Uni, Belgique, Suisse, Italie), avec des clients plus lointains, en Russie ou en Chine. En France, même si le marché est déjà occupé par des « majors » du secteur, tels que ses illustres aînés Ladurée (groupe Holder) et l’Alsacien Pierre Hermé, la jeune entreprise ligérienne teste plusieurs formules de partenariat, dans une dizaine de boutiques, dont une sous la forme d’un contrat de distribution.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide