Fermer la publicité

Les commissaires aux comptes toujours face à la réforme de l'audit

Isère le 12 novembre 2016 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Experts-comptables - article lu 126 fois

Les commissaires aux comptes toujours face à la réforme de l'audit
Caroline Thermoz-Liaudy - Hervé Roche, président de la compagnie grenobloise des commissaires aux comptes

Le 18 octobre, la compagnie régionale des commissaires aux comptes de Grenoble (CRCC) tenait son assemblée générale. L'occasion de revenir encore une fois encore sur la réforme européenne de l'audit, qui après six années de mouvements, devrait être appliquée dès 2017, et qui inquiète toujours autant. Explication avec le président, Hervé Roche.

Le CRCC a tenu son assemblée générale. En quoi ce moment est-il important pour le CRCC ?

Nous avons eu davantage de confrères cette année que l’an passé (60 à 70 personnes). Ce qui marque l’importance de ce moment solennel pour notre institution. Comme pour toute institution c’est pour nous le moment de faire les comptes, de voter les rapports moral et financier. C’est aussi un moment privilégié d’inviter notre environnement judiciaire, économique ou politique. La fin de l’AG est aussi un moment pour échanger soit sur de nouvelles techniques, soit de nouveaux esprits… on essaie de faire avancer les choses.

Vous avez beaucoup parlé lors de cette dernière partie de la réforme européenne de l’audit. Dans le public, on observait des réactions d’agacement, voire de surprise. N’avez-vous pas eu le temps de préparer cette réforme et de l’expliquer ?

Les commissaires aux comptes étaient effectivement au courant, mais pas forcément de tout. L’aboutissement de la réforme européenne de l’audit, entamée en 2010 et qu’on espère voir arriver début janvier 2017, a fait que nos confrères ont été informés des différentes étapes… Un certain nombre de règles ont été fixées, et beaucoup concernaient les entreprises les plus importantes, type EIP, et qui concernaient moins l’essentiel des confrères qui composent la compagnie de Grenoble. Mais elles comportaient dans leurs gènes, l’évolution qui allait toucher l’ensemble des cabinets et des entreprises. Une présentation a été faite en janvier, puis en juin, mais je sentais que ce n’était pas suffisant, c’est pourquoi Yves Lebel de la compagnie nationale est revenu en parler à l’AG. Et c’est pourquoi j’ai proposé dans mon rapport, d’organiser dès le mois de janvier, une demi-journée de formation pour parler aux confrères de leur quotidien et de la gestion de leurs missions. On s’aperçoit que ce qui pouvait paraître évident à la lecture des textes, sur des questions de délai de clôture ou de prescription, les professionnels ne sont pas toujours à l’aise.

Qu’est-ce qui va justement changer dans le quotidien des commissaires aux comptes dès l’application de la réforme ?

Les délais de clôture sont une des conséquences. Mais ce qui va fondamentalement changer c’est l’organisation du cabinet et l’organisation des missions. Cette réforme accompagne un mouvement un peu plus profond dans l’univers des entités qu’on audite. A savoir de plus en plus de dématérialisation et de logiciels qui traitent l’information de manière différente. Les missions « d’après-demain », ne se traiteront pas comme celles d’aujourd’hui, en matière de certification des comptes. Les cabinets devront s’adapter à cette innovation. Il va falloir préparer les confrères à cette mutation, et aujourd’hui on a des bases plus concrètes à évoquer. C’est plus qu’une évolution naturelle, c’est peut-être un palier à franchir.

Vous avez choisi de terminer cette session par une conférence de Tarik Chekchak sur le bio-mimétisme. Pourquoi ? Qu’est-ce qu’elle va apporter aux experts comptables du CRCC ?

C’est l’occasion d’abord de s’évader, mais surtout de comprendre comment, en observant le monde « naturel », on peut construire des solutions concrètes pour le quotidien. Les animaux, les paysages… la nature est inspirante, il faut rapprocher l’Humain des services et de l’industrie, pour prendre un peu de hauteur.

Caroline Thermoz-Liaudy

Quel résultat pour l’assemblée générale ?

L’assemblée générale a évidemment été l’occasion de différents votes solennels, tels que le bilan financier et le rapport moral. Ca a aussi été l’occasion d’élections au sein de la compagnie permettant d’accueillir de nouveaux membres au sein du conseil d’administration du CRCC. « Corinne Pillet, qui était jusque-là « déléguée formation », Philippe Machon, l’ancien président qui revient au CRCC, mais aussi quatre autres commissaires aux comptes. Sans compter qu’un septième poste n’a pas été pourvu, mais il devrait l’être en novembre ». Les élections du prochain bureau auront lieu le 8 décembre.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide