Fermer la publicité

A Saint-Etienne, les Castors du Crêt de Roc bientôt dans leurs murs

Loire le 14 février 2015 - Emilie MASSARD - Société - article lu 901 fois

A Saint-Etienne, les Castors du Crêt de Roc bientôt dans leurs murs
Emilie Massard - Les 13 logements devraient être livré cet été

Pour certains d'entre eux, l'aventure a commencé il y a 8 ans, avec l'idée d'un projet d'habitat groupé passif à l'éco-quartier stéphanois de la ZAC Desjoyaux. Ils ont du faire preuve de patience et de détermination avant de voir la concrétisation du projet, livré cet été.

Au cœur de la ZAC Desjoyaux dans le quartier du Crêt-de-Roc, ils devraient pouvoir investir leurs logements à l’été 2015, après 8 ans d’aventure semés d’embûche. Après le lancement du projet en autopromotion en 2007, la constitution du groupe, le choix d’un architecte et les premières ébauches, les Castors ont en effet du mettre le projet en sommeil entre 2008 et 2011, alors que la ZAC subissait les effets de la crise et se trouvait au point mort.

Partie intégrante du projet du quartier, mais aussi dépendant de son développement, le groupe temporise donc le projet, sans pour autant l’abandonner. « Certains d’entre nous n’étaient pas pressés de déménager, se souvient Jean-Marc Chazot, l’un des co-gérants du projet. On était surtout intéressés par le projet en lui-même et son côté humain. D’autres en revanche n’ont pas pu attendre et le groupe a évolué au fil des étapes. Il est devenu de plus en plus intergénérationnel et aujourd’hui, à la majorité de quinquagénaires du début se sont greffés plusieurs jeunes couples avec enfants et un couple de retraités plus âgés. »

Au redémarrage de la ZAC en 2011, les Castors ont pu reconstituer le groupe et créer la Société civile coopérative de construction des Castors du Crêt-de-Roc. Après la réalisation des travaux d’aménagement (dépollution et travaux inhérents au terrain minier, pris en charge notamment par la SEDL, aménageur de la ZAC), les tracas administratifs et avec le système bancaire, le chantier a finalement pu démarrer en septembre 2014. « Il y a eu des périodes de tension, tout n’a pas toujours été facile entre nous, admet Jean-Marc Chazot. Mais c’est aussi ce qui fait l’intérêt d’un tel projet, son côté humain et le fait que chacun y soit autant impliqué ».

Les 13 logements, répartis dans deux immeubles, ainsi que les espaces communs qui permettront de mutualiser certaines fonctionnalités (buanderie, atelier, jardins, studios pour recevoir de la visite, etc.) mais aussi de développer le lien social, seront livrés dans quelques mois à leurs propriétaires. Un budget de 3 M€ aura été nécessaire aux Castors pour boucler le projet. Budget qui n’a évolué que de 4 à 5 % depuis le début.

E.M.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide