Fermer la publicité

Environnement : les (bonnes) résolutions de Grenoble

Isère le 03 décembre 2015 - Caroline Thermoz-Liaudy - Collectivités locales - article lu 668 fois

Environnement : les (bonnes) résolutions de Grenoble
Caroline Thermoz-Liaudy - Eric Piolle met en route le chantier de l'écologie à Grenoble

Il s'agissait pour les élus de faire un rappel de ce que la municipalité a déjà, ou doit bientôt engager, pour favoriser le climat à Grenoble. Une liste des bonnes résolutions, et un bol d'air positif, en pleine Cop 21.

La majorité municipale de Grenoble, première grande ville de France dirigée par un maire EELV, ne pouvait pas manquer l’occasion de la COP 21 pour mettre en avant ses futures ambitions. Ambitions d’air plus propre, de ville moins polluante, de nourriture bio, forte d’une tradition d’innovation. Eric Piolle et son équipe souhaitaient montrer l’engagement municipal.

« Par le passé, de nombreuses réalisations ont déjà abouti. Parce que Grenoble a été la première ville de France à remunicipaliser l’eau, demain elle portera, dans le cadre de la métropole, la création d’un service public de l’énergie. Parce que Grenoble a été l’une des premières grandes villes de France à décider le retour du tramway, demain elle doit être à la pointe de l’éco-mobilité […] Parce que Grenoble a été la première ville à obtenir le label « éco-quartier », pour la caserne de Bonne, demain Grenoble doit devenir une éco-cité à part entière ».

Le projet est ambitieux. La pollution lumineuse devra baisser de 80 % d’ici 2020 grâce au plan lumière et les émissions de gaz à effet de serre devront être divisées par 4 en 2050 (par rapport à 2014). Aujourd’hui, Grenoble est la 5e ville de France en matière de pollution aux particules fines, en 2020 l’objectif est une réduction de 40 % par rapport à 2014 !

Pour y arriver, et pour améliorer la qualité de vie à Grenoble, plusieurs actions sont déjà engagées. Les nouveaux logements  seront plus performants que la réglementation thermique actuelle (RT2012 -20%), la ville est en cours de re-végétalisation, avec 522 arbres et 1,6 ha d’espaces verts gagné en 2014, les pics de pollutions devraient être anticipés avec l’instauration des pastilles de couleur dans la métropole, sans oublier les rues limitées à 30 km/h dès le 1er janvier prochain.

La Ville aussi se veut plus exemplaire, avec la construction de nouveaux bâtiments publics guidée par 3 objectifs : réduire les dépenses énergétiques sur le budget communal, limiter les émissions de gaz à effet de serre, et restreindre les émissions de polluants de l’air. L’éclairage public pourra être maîtrisé avec l’application d’un plan lumière, et pour le reste de la consommation d’énergie, à compter du 1er janvier, Grenoble et le CCAS se fourniront auprès de GEG en énergie 100 % verte et renouvelable mêlant hydroélectrique, photovoltaïque et éolien. Enfin, en activant le levier « commande publique », la majorité souhaite favoriser le bio et local dans les cantines, pour manger mieux en polluant moins.

Caroline Thermoz-Liaudy
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide