Fermer la publicité

Les Bonnard d'Antoine Terrasse, la vente du siècle

le 17 mars 2015 - Louis FOURNIER - Actualités - article lu 1693 fois

Les Bonnard d'Antoine Terrasse, la vente du siècle
Osenat-Paris - Bonnard : la collèction d'Antoine Terrasse

Pour la première fois, l'univers personnel de Pierre Bonnard révélé grâce à la collection familiale d'Antoine Terrasse. Une sublime collection, composée notamment de nombreuses œuvres réalisées dans la commune du Grand-Lemps (Isère), sera dispersée sous le marteau des commissaires-priseurs le 29 mars prochain.

Petit-neveu de Pierre Bonnard, Antoine Terrasse a grandi dans l’univers feutré du peintre. Dès sa plus tendre enfance, il fut le témoin des scènes familiales et intimes que l’artiste se plaisait à immortaliser durant ses séjours au Grand-lemps (Isère). Autant de souvenirs d’une époque insouciante et heureuse qui ont sans doute joué un rôle essentiel dans son éducation artistique et le choix dans sa future  orientation professionnelle. Nul n’était mieux placé que lui pour devenir critique et historien d’art. Antoine Terrasse fut un des spécialistes du post-impressionnisme et du mouvement Nabi, courant artistique et pictural, dont Bonnard fut l’un des fondateurs. Antoine Terrasse était le détenteur d’une extraordinaire collection d’œuvres de son grand-oncle, tant par la qualité que par la quantité. C’est ce patrimoine personnel, qui sera dispersé le 29 mars 2015 par la société Osenat à Fontainebleau, un événement en soit dans le monde de l’art. Ce n’est pas moins d’une centaine d’œuvres reflétant l’univers intime de Pierre Bonnard, des toiles remarquables ainsi qu’une collection de livres, de manuscrits et, un très bel ensemble de dessins permettant d’embrasser un panorama complet de la création graphique de Pierre Bonnard.  

Osenat-Paris - Pierre Bonnard : «Village du Grand-Lemps et son église » vers 1884
  • Osenat-Paris - Pierre Bonnard : «Village du Grand-Lemps et son église » vers 1884
  • Osenat-Paris - Pierre Bonnard : «Paysage en Dauphiné» - vers 1888
  • Osenat-Paris - Pierre Bonnard : «Au jardin au Grand-Lemps » vers 1898
  • LF - Le Clos, maison Bonnard au Grand-Lemps
  • Osenat-Paris - Pierre Bonnard au Grand-Lemps vers 1898
  • Osenat-Paris - Pierre Bonnard et la famille Terrasse au Grand-Lemps
  • Osenat-Paris - Pierre Bonnard : «Le Clos, maison Bonnard au Grand-Lemps »
  • Osenat-Paris - Pierre Bonnard : «Les toits au Grand-Lemps»  vers 1900
  • Osenat-Paris - Pierre Bonnard : «Château de Virieu » vers 1888
  • Osenat-Paris - Pierre Bonnard : « Enfants solfiant, Charles et Jean Terrasse » vers 1900 au Grand-Lemps

Quel bel hommage rendu par les descendants d’Antoine Terrasse, que de permettre aux amateurs et collectionneurs français et internationaux de pouvoir acquérir de tels trésors. Les Dauphinois, seront au rendez-vous, ne serait-ce que pour admirer des oeuvres réunies pour la dernière fois, à l’occasion des expositions précédant la vente. A exposition exceptionnelle, enchères exceptionnelles pour une vente qui à n’en pas douter sera celle du siècle.

Expositions publiques

Osenat, Société de ventes aux enchères
66 avenue de Breteuil – Paris
Mercredi 18 mars à partir de 18h : Vernissage
Du jeudi 19 mars au jeudi 26 mars
de 10h à 13h et de 14h à 19h

Hôtel des ventes Osenat
5 rue Royale – Fontainebleau
Samedi 28 mars de 10h à 18h
Dimanche 29 mars de 10h à 12h

Vente

Hôtel des ventes Osenat
5 rue Royale – Fontainebleau

Dimanche 29 mars à 14h30

Pierre Bonnard en Dauphiné
C’est dans « Le Clos », propriété des grands-parents Bonnard au Grand-Lemps, que la famille Bonnard venait passer les vacances. Andrée, la sœur de Pierre Bonnard épousa Claude Terrasse compositeur d’opéras et d’opérettes. Les enfants nés de cette union égaieront de leurs rires la maison familiale. Le jeune peintre observe les jeux des bambins, et prolonge son amusement dans l’atelier que sa mère lui a fait aménager au second étage de la maison. La lumière apparue dans ses tableaux vers 1898-1899, voilée et comme tamisée, leur confère un calme et une unité inhabituels. En 1926, Bonnard, achète une modeste villa « Le Bosquet » au Cannet (Alpes-Maritimes), où il réside à partir de 1939. C’est là qu’il peint ses plus belles toiles. Il meurt au Cannet le 23 janvier 1947, à l’âge de 79 ans, laissant une œuvre à la fois joyeuse et poignante.

Louis Fournier

Sources et iconographies:  Société de ventes aux enchères Osenat, Paris-Fontainebleau



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide