Fermer la publicité

Le barreau grenoblois conseille les migrants

Isère le 17 novembre 2016 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Avocats - article lu 64 fois

Le barreau grenoblois conseille les migrants
Caroline Thermoz-Liaudy - Me Coutaz en entretien individuel avec un des réfugiés de l'Arpej

Veiller à ce que les migrants arrivés de Calais ou de Paris connaissent leurs droits, et les fassent valoir s'ils en ont besoin. C'est l'objectif des permanences tenues chaque semaine par les avocats bénévoles du barreau de Grenoble, mobilisés depuis le 10 novembre dernier, au Centre d'accueil et d'orientation (CAO) de Saint-Martin-d'Hères. Uniques en France.

Leur arrivée avait été remarquée. Entre manifestations de défense et d’opposition,  la cinquantaine d’hommes arrivés sur le campus, dans la tour Arpej, suite au démantèlement de la jungle de Calais ont beaucoup fait parler, sans même en avoir conscience (lire Essor du 14/10/16).

Depuis le 10 novembre, le barreau de Grenoble a mobilisé une dizaine d’avocats pour assurer des permanences gratuites à l’attention des migrants actuellement accueillis au CAO de Saint-Martin-d’Hères. Ainsi, en fonction des besoins et durant tout le temps nécessaires, ils assureront une à deux permanences par semaine, afin de faciliter l’accès au droit pour les migrants. « Ils ne connaissent rien ici, c’est pourquoi nous venons à eux et ne leur demandons pas de se déplacer vers une autre de nos permanences. Évidemment, si nous sommes bénévoles, il faut qu’ils soient volontaires à recevoir notre aide. Nous ne les obligeons pas », explique le bâtonnier Wilfried Samba-SambeligueSuite à cette première intervention, le constat est clair : dans les semaines à venir, il faudra aussi mobiliser des interprètes, car on ne comptait parmi les réfugiés que deux francophones et deux anglophones. « L’important est qu’ils sachent quels sont les droits auxquels ils peuvent prétendre. On appelait la jungle "jungle" précisément parceque le droit n’avait pas sa place. L’essence même du travail de l’avocat, n’est pas forcément de défendre, mais de conseiller. »

Le barreau de Grenoble comporte de manière permanente une commission dédiée au droit des étrangers, où les avocats spécialisés agissent toute l’année, et confiée à la direction de Me Coutaz. Les avocats spécialisés pourront aussi être assistés par d’autres confrères bénévoles, connaisseurs entre autres, en matière de droit international, ou encore d’affaires familiales, pour par exemple, des questions de regroupement familial. « Dans quelques semaines, vous quitterez Grenoble pour une autre ville. Nous pourrons vous donner les coordonnées de confrères dans ces communes, pour continuer le travail amorcé ici », explique en français puis en anglais, Me Coutaz, avant que l’un des demandeurs d’asile ne traduise ses propos en arabe pour les autres.

Ce dispositif a été mis sur pied en accord avec l’association « La Relève » qui organise l’accueil dans le CAO de l’Arpej. Le barreau de Grenoble est le premier à s’être engagé dans une telle démarche, et il est aujourd’hui le seul en France à proposer ces permanences d’accès au droit à destination des migrants de Calais.

Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide