Fermer la publicité

Les Affranchis, des savons artisanaux made in Grenoble

Isère le 20 février 2017 - Laurent MARCHANDIAU - Commerces

Les Affranchis, des savons artisanaux made in Grenoble

Une aventure humaine. C'est ce qui pourrait résumer Les Affranchis. Une savonnerie artisanale grenobloise fondée en septembre 2016, qui a pour objectif de proposer des produits cosmétiques de qualité, 100 % naturels, respectueux de l'environnement. Entretien avec Franck Paillaret et Frédéric Mie, ses fondateurs.

Comment vous est venue l’idée de fonder la première savonnerie artisanale de Grenoble ?

Nous travaillons dans la même entreprise de maintenance industrielle de la région grenobloise, Franck Mie et moi. C’est là que l’histoire des Affranchis a débuté. Nous avions la même vision des choses et nous cherchions à donner du sens à ce que l’on faisait. Cette réflexion nous a conduits à nous pencher, un jour, sur les produits que l’on utilise quotidiennement tel que le savon. En regardant de plus près les emballages des marques, nous nous sommes aperçus d’une dichotomie entre le discours et la réalité  avec des ingrédients qui ne vont pas. Par exemple, 95 % des savons de Marseille vendus par la grande distribution ne contiennent pas une seule goutte d’huile d’olive, ce sont des ingrédients chimiques. Et le pire, c’est que c’est marqué noir sur blanc, certes en tout petit, mais réglementation oblige, c’est indiqué ! D’où la volonté de créer une savonnerie artisanale. Notre credo ? Ne nous croyez pas sur parole, regardez les étiquettes et faites-vous votre opinion par vous-mêmes.

De quelle manière les concevez-vous ?

Les Affranchis, c’est avant tout un projet de vie dans lequel nous avons mis nos économies. Nous voulons créer de la valeur en nous rapprochant de la nature. De ce fait, nous avons privilégié la saponification à froid, une méthode permettant d’élaborer sainement nos savons à partir d’ingrédients 100 % naturels. Ce procédé s’avère nettement plus long que ceux des industriels du secteur qui utilisent des additifs chimiques bien souvent dérivés du pétrole. Ici, tous est fait à la main. C’est de la pâtisserie ! Pas de parfum de synthèse ni de substances chimiques, mais des huiles essentielles et des ingrédients issus de l’agriculture biologique. La fabrication d’un savon nécessite deux ou trois ingrédients voir un seul en ce qui concerne notre 100 % olive ! Nous faisons le pari d’indiquer directement les ingrédients bien en vue pour que le consommateur ait tout de suite l’information.

Quels sont vos produits et comment comptez-vous les commercialiser ?

L’entreprise a été créée en septembre dernier et nous entamons tout juste  la commercialisation. Notre gamme comprend plusieurs savons : 100 % olives / Savon d’Alep avec 10 % de baies de lauriers et le Grenoblois, herbacé et mentholé aux senteurs du massif de la Chartreuse. À cela s’ajoute quatre gels douche liquides similaires dont la méthode de fabrication diffère quelque peu vu que nous faisons chauffer à feu (très) doux nos ingrédients. Notre gamme comprend 4 savons (100% olive, savon d’Alep 10% d’huile de baies de Laurier, savon d’Alep supérieur 30% d’huile de baies de Laurier, et le Grenoblois) déclinés en 4 savons solides (disponible en 50gr, 100gr, 200gr) et 4 savons liquides disponibles en 300 ml et 500 ml. La commercialisation se fera par le biais de magasins de type bio tels que Biocoop, Satoriz, l’Eau Vive, la Vie Claire… d’abord sur le bassin grenoblois et sur la région. Il sera aussi possible d’acheter directement nos produits via notre future plateforme d’e-commerce. Au niveau tarifaire, nous sommes au prix du marché bio, à partir de 5,50 € pour un 100 % Olives de 100 g.

Quelles sont vos perspectives ?

Depuis quelque temps, nous sommes dans une démarche de certification bio de nos produits auprès de l’organisme Nature & Progrès, un label le plus exigeant en termes de cahier des charges. Nous envisageons de lancer une campagne de crowdfunding afin d’apporter de la visibilité sur notre entreprise, mais aussi pour nous permettre de développer de nouvelles recettes et notre site d’e-commerce. Celle-ci se fera probablement dans le courant du premier semestre sur la plateforme de financement participatif de la Nef, Zeste. Par la suite, nous comptons concevoir de nouveaux produits comme des lessives, du liquide vaisselle, des dentifrices, artisanaux, bio et 100 % naturels ! Nous prévoyons un chiffre d’affaires de 17 000 € cette année et de 50 000 € dès 2018, le tout étant de changer les habitudes de consommation des personnes en allant vers des produits plus respectueux de l’environnement et surtout plus sains !

Propos recueillis par Laurent Marchandiau

Le savon et le « culte du pH »

Savon surgras, pain dermatologique… l’industrie cosmétique rivalise d’ingéniosité pour développer de nouveaux produits. Sauf que la réalité est loin de ce qu’elle parait être. Un savon traditionnel dispose d’un pH compris entre 8 et 10, bien plus basique que celui de la peau se situe entre 5,2 (acide) à 7 (neutre.) Lors du lavage, le savon perturbe l’acidité de l’épiderme. Si cela peut être vrai pour les savons industriels, ça l’est beaucoup moins pour les savons artisanaux faits maison en saponification à froid . Ces savons riches en glycérine et surgraissés sont beaucoup plus doux pour la peau avec un pH que leurs homologues industriels.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide