Fermer la publicité

Lenny Kravitz, intemporel !

Rhône le 26 novembre 2014 - Olivier Trojani - Actualités - article lu 816 fois

Lenny Kravitz, intemporel !
Lenny Kravitz avait offert un show mémorable, lors de son passage à la Halle Tony- Garnier le lundi 28 novembre 2011 (© Olivier Trojani)

Lenny Kravitz sort son premier album Let love rules en 1989, un son rock teinté années 60-70.

Lenny Kravitz sort son premier album Let love rules en 1989, un son rock teinté années 60-70. Il remporte un début de reconnaissance, en Europe essentiellement, avec des titres comme Mr Cab driver, Let love rules... Du côté des Etats-Unis, il va commencer à se faire un nom par l’intermédiaire de Madonna lorsqu’il coécrit et coréalise le titre Justify my love, l’un des deux morceaux inédits du premier best of de Madona The immaculate collection (1990). A la fin de cette même année, Lenny Kravitz participe au collectif Peace choir, auquel participent Peter Gabriel et Iggy Pop, pour interpréter le titre Give peace a chance (John Lennon) contre la guerre du Golf. En 1991, il sort son deuxième disque, Mama Said, dont sont issus son premier succès international It ain’t over ‘til it’s over et le morceau Always on the run coécrit et joué par le guitariste Slash, qui joue aussi dans Fields of joy. Lenny Kravitz va alors rencontrer Vanessa Paradis. Il lui compose l’intégralité des chansons et joue tous les instruments de son album Vanessa Paradis qui paraît en 1992, avec le single Be my baby. Ils vont débuter une histoire qui durera jusqu’en 1997, lui permettant de gagner une affection particulière de la part du public français.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=7QReQsmvZ2M[/youtube]


En 1993, il sort l’opus Are you gonna go my way, dont le titre éponyme fait un véritable carton. Cette année-là, on le voit également apparaître aux côtés de Mick Jagger (dans Use me, tiré de l’album solo Wandering spirit), d’Al Green pour le morceau Take me to the river et d’Aerosmith pour qui il écrit le titre Line up (issu de l’album Get a grip).
Lenny Kravitz fait paraître Circus en 1995, avec les singles Rock and Roll is dead et Can’t get you off my mind, puis l’opus 5 en 1998 intégrant le morceau Fly away avec lequel il remporte son premier Grammy Awards (meilleure prestation masculine vocale de rock, un Grammy Awards qu’il décrochera quatre ans de suite, de 1998 à 2001). Après avoir fait une reprise d’American woman (du groupe The Guess Who) pour le film Austin Powers : L’Espion qui m’a tirée (1999), Lenny Kravitz sort son plus gros succès en 2000, Greatest hits (avec le single Again), s’écoulant à quelques 11 millions d’exemplaires. Il coécrit de nouveau une chanson pour Mick Jagger, God gave me everything (album Goddess in the doorway, 2001) et joue également dans son documentaire Being Mick (2001).

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=wxrhkMhq2mI[/youtube] S’en suit en 2001 l’album Lenny, mêlant hip hop, R&B et hard rock, en 2004 le disque plus rock Baptism, puis en 2008 It is time for a love revolution qui remporte un franc succès en France. Lenny Kravitz sort son neuvième album Black and white America le 22 août 2011 en France. Il sillonne alors l’Europe avec la tournée Black and white Europe, en passant notamment par la Halle Tony- Garnier le 28 novembre 2011.
Le 22 septembre 2014, son dixième album, Strut, atterrit dans les bacs. Lenny Kravitz investit ici un esprit rock’n’roll aux accents cuivrés. Un disque direct pour lequel il joue la majeure partie des instruments, sans oublier la participation du guitariste Craig Ross qui tourne à ses côtés depuis 1991. Actuellement, il est reparti pour une tournée mondiale qui passe une nouvelle fois par la Halle Tony-Garnier, trois ans jour pour jour après son dernier passage. Ses concerts demeurent des moments forts, des performances énergiques et envoûtantes, des instants d’osmose entre Lenny Kravitz, les musiciens et le public !

Olivier Trojani

Infos pratiques
Vendredi 28 novembre à 20 h à la Halle Tony-Garnier, 20 place Charles et Christophe Mérieux, Lyon 7e ; 46,50 € / 68,50 €.
www.halle-tony-garnier.com, www.lesdernierscouches.com, www.lennykravitz.com.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide