Fermer la publicité

Élections municipales - Au Coteau, le Front National repart à zéro

Loire le 20 février 2014 - La Rédaction - Actualités - article lu 1577 fois

Élections municipales - Au Coteau, le Front National repart à zéro
Quand Sophie Robert lançait Julie Zaccagnini (à droite) dans la campagne des municipales (D.R.)

Julie Zaccagnini n'est plus tête de liste ni candidate.

Sophie Robert, secrétaire départementale du FN, indique qu'elle se retire entièrement de la politique. « Ce n'est pas un coup de tête, explique-t-elle.  Elle a fini ses études fin décembre en 4e année d'économie à Lyon ; elle est sortie major de sa promotion. Elle avait la volonté de s'impliquer, elle était battante. »
Alors pourquoi ce revirement ? « Elle a  dû renoncer à continuer son travail de tête de liste pour des raisons professionnelles et personnelles. Cette décision a été difficile à prendre pour elle. Le bureau du FN de la Loire regrette cette candidate dont les compétences sont reconnues par tous. » Au téléphone Sophie Robert répond qu'elle a eu des propositions, qu'il y a eu un changement de cap important pour elle... »  On n'en saura pas plus. Une défection de dernier moment est rarissime au FN et c'est une première dans la Loire.
Le poste ne reste pas vacant. Trois jours après la renonciation de Julie Zaccagnini Sophie Robert désignait Véronique Passe tête de liste. Elle était candidate sur la liste. Elle est installée dans la vie. Elle a 42 ans. Elle est impliquée dans la vie associative. Mais le travail repart à zéro. « L'équipe ne sera pas obligatoirement la même, précise Sophie Robert. Le programme sera le sien. Elle saura mener une équipe, elle a le naturel pour cela. Il faut du caractère pour mener cette tâche. »
Mis à part cet incident de parcours la secrétaire du Front national de la Loire est très satisfaite des campagnes municipales FN dans le département. Un mouvement porterait le Rassemblement bleu marine à Roanne, la seule ville à part Saint-Etienne, à avoir ouvert une permanence. Quant à Feurs « heureuse » surprise également. « Au moment de présenter officiellement ma liste à la presse sur laquelle j'avais peu d'adhérents, j'ai dit aux autres : “je vous mets sans étiquette ?“, ils ont protesté : non, non, on va adhérer! »    

L.P.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide