Fermer la publicité

Sicarev : le tribunal en faveur de l'expulsion immédiate des éleveurs

le 19 juin 2015 - Aline Vincent - Agroalimentaire - article lu 165 fois

Sicarev : le tribunal en faveur de l'expulsion immédiate des éleveurs
Aline Vincent - Les éleveurs ont été sommés par le tribunal de lever le blocage

Les éleveurs de viande bovine maintenaient le siège devant la Sicarev de Roanne depuis dimanche dernier pour faire pression et obtenir une valorisation de leur travail.

En attendant la table ronde organisée au ministère de l'Agriculture à partir de 16 h 30 ce mercredi 17 juin (1), les éleveurs de viande bovine bloquaient depuis dimanche les portes du siège de la Sicarev à Roanne. Venus de la Loire, de Saône et Loire, ils se sont relayés avec ceux d'autres départements. Le but : imposer aux transformateurs (abattoirs) et distributeurs (80 % GMS) (2) de changer leurs méthodes pour les rétribuer plus justement. Le prix moyen du kilo de bœuf est passé aujourd'hui de 4,50 € à 3,70 €. Bernard Pouillon, directeur de la Sicarev, faisait constater lundi 15 juin par huissier le blocage et engageait un recours en référé, estimant le montant de la perte de chiffre d'affaires occasionnée à 1 M€ par jour (250 bêtes).

Ce mercredi, le tribunal de Roanne a ordonné l'expulsion immédiate des éleveurs. Toutefois, Bernard Pouillon, comme Philippe Dumas, président de la Sicarev, argumentent eux aussi en faveur d'une juste rémunération des producteurs de viande bovine, évoquant une augmentation jusqu'à 4,60 € le kg, sauf que la Sicarev estime ne pas avoir les moyens de supporter l'effort.

Toujours plus d'exigences de qualité

« Nous sommes victimes de la concurrence entre enseignes de la grande distribution, dénonçait lundi François Garrivier, éleveur à Grézolles, président de la section bovins pour la FDSEA et la FRSEA (3). Le gouvernement jusqu'ici n'avait pas bougé, politique d'augmentation du pouvoir d'achat oblige. Pas pour tout le monde. Un éleveur qui réalise 70 à 80 heures par semaine n'a perçu en 2014 qu'environ 600 € de revenus mensuels. « Selon l'Observatoire public des prix et des marges, on observe un transfert de valeur d'environ 300 M€ au détriment des éleveurs, partis pour 200 M€ dans la distribution et 100 M€ la transformation ». « Or, nous n'avons jamais cessé depuis la crise de l'USB d'investir, d'améliorer la traçabilité et la qualité tout en payant de plus en plus de charges, témoignait à son tour Alexandre Coudour, 33 ans, éleveur à Saint-Forgeux-Lespinasse, responsable du groupe des Jeunes Agriculteurs. « Nous ne pouvons plus vivre de notre travail. Nous aurons de plus en plus de mal à attirer les jeunes ». Le président de l'agglomération Yves Nicolin, venu les rencontrer lundi, s'apprêtait à prendre sa casquette de député dès le lendemain pour plaider leur cause auprès du ministère de l'Agriculture.

Aline Vincent

(1) Date où nous bouclons

(2) Les ventes en boucherie sont plus respectueuses des marges des éleveurs

(3) Fédération des syndicats d'exploitants agricoles



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide