Fermer la publicité

Le train au prix du bus

Isère le 24 juillet 2015 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Actualités - article lu 186 fois

Le train au prix du bus
SMTC - Les voyageurs de l'ensemble de la métropole grenobloise peuvent se déplacer à moindre coût sur les 49 communes

Avec l'extension de la métropole grenobloise, le champ d'action du Syndicat mixte des transports en commun (SMTC) a été élargi. Les accords entre la région et le SMTC ont été signés pour permettre à un plus grand nombre d'Isérois de voyager à moindre coût en transports en commun.

C’est le 13 juillet dernier qu’a été actée en gare de Jarrie-Vizille l’extension de l’accord tarifaire conclu entre la Région Rhône-Alpes (représentée par Eliane Giraud, vice-présidente déléguée aux transports, déplacements et infrastructures) et le SMTC (via son président Yann Mongaburu, par ailleurs vice-président délégué aux transports de la métropole grenobloise).

Cet accord permet aux usagers des Tag (Transports de l’agglomération grenobloise) d’utiliser le réseau TER sur l’ensemble du périmètre métropolitain. Ce dispositif tarifaire créé en 1999 entre les deux autorités organisatrices permet - moyennant compensation financière - l’acceptation des titres de transports urbains du réseau TAG  sur le réseau ferroviaire TER. Il concernait jusqu’à présent l’hyper agglomération, c'est-à-dire les gares de Domène, Grenoble, Saint-Egrève et Echirolles.

Depuis le 1er septembre 2014, le périmètre du Plan de transports urbains (PTU) de l’agglomération grenobloise a été étendu, permettant d’intégrer les gares de Jarrie-Vizille, Saint-Georges-de-Commiers, Champ-sur-Drac et Vif à ce dispositif tarifaire et de simplifier la vie des usagers. En effet, les voyageurs peuvent désormais  utiliser leur abonnement Tag pour circuler sur le réseau ferroviaire TER à l’intérieur des 49 communes de l’agglomération grenobloise comprises dans le PTU, avec la tarification et la billettique Tag. « Cela offre de nouvelles possibilités de déplacements dans des secteurs où les alternatives à la voiture ne sont pas légion », nous explique t-on du côté du SMTC, même si pour le moment, les retombées devraient se faire attendre. « Il est compliqué d’évaluer le nombre de personnes qui vont en bénéficier. Nous avons une petite évaluation sur le nombre de personnes qui aujourd’hui ont un abonnement combiné TER+TAG, ça représente une cinquantaine de personnes. Mais ce n’est pas significatif de ce que ça va donner dans ces territoires. L’offre va créer la demande d’une certaine manière ».

432 500 voyages en 2014

De quoi s’interroger sur le coût de l’opération. « C’est un accord de réciprocité tarifaire ». C'est-à-dire que les recettes récupérées par la sémitag sont reversées à la SNCF  pour les personnes qui utilisent ce réseau. La compensation versée est composée de deux parties : le trafic de dilution (somme correspondant à la différence entre des recettes théoriques qui auraient été perçues par la SNCF en l’absence de dispositif et des recettes de vente réelles sur le périmètre concerné) et le trafic d’induction (somme correspondant au partage des recettes issues des nouveaux voyages Tag induits du fait de la mise en œuvre du dispositif tarifaire). Sur l'année 2013-2014 (dernières données disponibles), 432 500 voyages ont été enregistrés, dont 38 100 € de dilution et 140 600 € d’induction. Soit un total de 178 700 € correspondant à 0,41 € par voyage.


Caroline Thermoz-Liaudy
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide