Fermer la publicité

Le Téléthon 2015, tiré par le direct

Loire le 04 décembre 2015 - Daniel Brignon - Sciences, Santé, Environnement - article lu 323 fois

Le Téléthon 2015, tiré par le direct
Daniel Brignon - Colette Espigolé parie de réunir 10 000 personnes place J.-Jaurès

La candidature retenue de Saint-Étienne comme ville ambassadrice du Téléthon 2015 a donné de l'élan aux initiatives.

« Nous avons cette année signé 150 contrats en Loire Sud avec des organisateurs d’événements, au lieu de 100 habituellement. À Saint-Étienne, nous en sommes à plus de 70 contrats signés au lieu de 30 d’habitude, indique Colette Espigolé, déléguée du Téléthon en Loire Sud. L’émission de télévision en direct à Saint-Étienne a fait bouger. Tous les quartiers stéphanois se sont mobilisés, la population étudiante a répondu présente, des entreprises aussi, à l’image de la grappe Numélink qui propose un jeu en ligne, une course de panthère virtuelle, place Jean-Jaurès. »

Sur cette place en effet plusieurs défis seront à relever : les deux principaux, retenus dans le cadre de la ville ambassadrice par France Télévision qui en suivra la progression, la vente de 1 000 ballons autour du ballon des savoir-faire et le dévoilement de la lampe de mineur de 4,5 m de haut qui progressera sous le poids des pièces déposées.

Il faut y ajouter la vente de 10 000 macarons, frappés du 36-37, érigés en pyramide par Franck Deville, la boule de pétanque géante en chocolat de 1 m de diamètre mise aux enchères ; le marathon cinéma, 34 heures de cinéma non-stop, au Méliès Jean-Jaurès ; le Tri’Thon, triathlon sportif dans lequel Saint-Étienne est engagée ou encore la papillote géante à Roanne.

La collecte de la Force T, c’est-à-dire issue des animations de terrain, avait en Loire sud réuni 412 325 € en 2014, soit une progression de 15 % par rapport à 2013, et au global cumulé avec les promesses de dons numériques : 926 425 €.

Cette recette recueillie par l’AFM accompagne des équipes stéphanoises pionnières dans le traitement des maladies musculaires qui se retrouvent au sein du Centre de référence pour la prise en charge des maladies neuromusculaires rares, créé en 2006, l’un des 9 centres en France, couvrant l’ensemble de la région Rhône-Alpes. Elle suit à Saint-Étienne 650 patients, 3 000 en Rhône-Alpes.

Les Pr Antoine, Féasson et Gautheron, qui animent ce centre de référence, bénéficient en outre, au sein du Laboratoire de physiologie de l’exercice, de financement l’AFM sur des projets de recherche particuliers. Ils sont tous les trois associés en qualité d’experts aux missions scientifiques de l’AFM.

Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide