Fermer la publicité

Le sauna bon pour le cœur ?

le 21 mars 2015 - Destination Santé - Sciences, Santé, Environnement - article lu 130 fois

Le sauna bon pour le cœur ?
Destination Santé

Eucalyptus, vapeur, calme... le sauna procure une agréable sensation de légèreté. Mais sachez que ce plaisir venu Nord est aussi une source de bienfaits pour l'organisme. Ainsi connait-on ses vertus sur les troubles articulaires, musculaires et neuropathiques. Des chercheurs finlandais viennent de mettre en avant des bénéfices sur... le plan cardiovasculaire.

Ils savent de quoi ils parlent ! Eh oui, des chercheurs finlandais – pays adeptes des séances de sauna et hammam – viennent de le prouver : plonger dans l’humidité pour respirer les vapeurs d’eucalyptus n’est pas qu’un simple moment de douceur mentholée.

En plus de purifier l’appareil respiratoire et donc de vous requinquer pendant l’hiver, le sauna a aussi des bienfaits sur l’appareil cardiaque. « Pratiqué régulièrement, il réduit considérablement le risque d’événements cardiovasculaires chez les hommes », ont confirmé les auteurs de cette étude publiée dans la revue The Jama Networks. Les décès par accidents cardiaques et l’incidence des maladies cardiovasculaires sont ainsi moins fréquents chez les adeptes du sauna.

Trois fois par semaine ?

Pour le prouver, l’équipe du Dr Jari A. Laukkanen (Université de l’est de Finlande, Kuopio) a suivi 2 315 hommes âgés de 42 à 60 ans. Sur les 21 années, temps de l’étude, 190 volontaires ont été victimes d’un accident cardiaque, 281 ont développé une maladie coronarienne, 407 ont été diagnostiqués pour une maladie cardiovasculaire. Au total, 929 des 2 315 participants sont décédés de l’une de ces causes.

Pour aller plus loin les chercheurs ont fait le lien entre ces incidences et la pratique du sauna auprès de chacun des volontaires. Résultat, ceux qui s’y rendaient à raison de 2 ou 3 séances hebdomadaires voyaient le risque de développer une pathologie cardiaque reculer de 22 %, comparés à ceux qui ne pratiquaient le sauna qu’une seule fois par semaine. Chez les volontaires qui s’y adonnaient 4 à 7 fois par semaine, le risque était diminué de 63 %.

Des contre-indications ?

Rappelons enfin que la pratique du sauna est déconseillée aux patients victimes d’un AVC ou en cas de maladie cardiaque non-stabilisée.  Contrairement aux idées reçues, l’hypotension - et non l’hypertension - est aussi une contre-indication avérée. En fait, les vapeurs dégagées dans ces « cabanons » fermés et humides font - par inhalation - baisser la pression artérielle, d’où la sensation d’apaisement ressentie chez les personnes en bonne santé. Mais en cas de fragilité sur le plan cardiaque, cette chute de la tension peut être à l’origine de suffocation, de malaise ou de syncope.

Scoliose : la piste génétique

Une équipe franco-canadienne met en évidence une cause génétique dans la survenue de la scoliose idiopathique familiale. Une découverte d’importance dans la mesure où la cause était jusqu’ici inconnue (d’où le terme « idiopathique ») et parce qu’elle ouvre de nouvelles perspectives quant à un éventuel traitement de cette déformation de la colonne vertébrale. Le Pr Patrick Edery - service de génétique clinique de l’hôpital femme mère enfant à Lyon - avait déjà montré, en 2011, que la scoliose était liée au défaut de deux gènes situés sur les chromosomes 3 et 5. Il n’était pour autant pas parvenu à repérer formellement le gène responsable.

« Nous sommes finalement arrivés à mettre en évidence le rôle majeur du gène POC5 dans la mise en place de l’asymétrie corporelle droite-gauche, et ce, très précocement lors de l’embryogénèse », indique le Pr Edery. « De plus, de façon étonnante, ce gène est fortement actif dans le cerveau, ce qui laisse penser que le défaut est situé au niveau du contrôle cérébral de la statique rachidienne ».



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide