Fermer la publicité

Le Saugey, site naturel et de mémoire

Isère le 17 septembre 2015 - Claire Thoinet - Nord-Isère - article lu 398 fois

Le Saugey, site naturel et de mémoire
Claire Thoinet - Lors de la récente inauguration de l'exposition Un pénitencier dans un espace naturel sensible

Au Saugey, un « pénitencier » se dressait. Menant des recherches sur l'œuvre de Saint-Léonard, dont il est l'actuel président, le docteur Laffly a rendu une part de son histoire au village de Brangues.

 

Le méandre du Saugey est aujourd’hui classé espace naturel sensible départemental isérois et appartient à la récente réserve naturel national du Haut-Rhône français. La particularité de ce territoire est d’être une enclave dans l’Ain, le Rhône ayant modifié son cours. Zone humide, faune et flore côtoient des lieux cultivés par une famille qui réside là depuis trois générations.


Si sa dimension naturelle est connue, le pénitencier reste encore dans l’ombre pour les habitants. Peut-être plus pour longtemps, grâce à l’exposition qui s’ouvre, créée et portée par l’association Brangues, village de littérature, aidée par le docteur Paul Laffly, auteur du livre, L’œuvre de Saint Léonard du chanoine Villion en faveur des libérés de prison (éditions du Poutan).


Les archives du site recensent 205 hommes, de 18 à 52 ans, plutôt manuels (cultivateurs, journaliers, mineurs, tailleurs de pierre, mariniers…), avec un passé judiciaire (vol, vagabondage, outrages aux bonnes mœurs…) et en majorité récidivistes.

Certains, porteurs d’un laissez-passer, venaient là à pied


Au XIXe siècle, l’œuvre de Saint Léonard, à Couzon-au-Mont-d’Or (69), du chanoine Villion, aide les prisonniers en fin de peine ou ayant écopé d’une peine courte à se réinsérer par le travail à travers ateliers de tissage, de maraîchage… Action qu’elle installe aussi au Saugey. Des vestiges (chapelle…) en témoignent. L’auteur du livre a mené les investigations, intrigué par ce Saugey qui surgissait dans ses recherches. Il le localise à Brangues et peut faire le lien qui éclaire ce « pénitencier », nommé ainsi par les habitants, alors que c’est un lieu de réinsertion. Depuis, l’œuvre de Saint Léonard est parti, mais existe toujours, intervenant, à présent, auprès des personnes ayant un handicap mental ou intellectuel.


Quant aux habitants du Saugey, ils réclament régulièrement (1915, 1955, 2015) leur rattachement dans l’Ain. « Nous sommes à quelques centaines de mètres à Saint-Benoît, alors qu’il faut 9 km pour aller à Brangues, en passant par deux communes », revendique Roger Durand. Une histoire qui a fait et fait encore couler beau d’eau et d’encre.

Visites nature du Saugey le 19 septembre. Sur les pas des prisonniers du Saugey le 20 et papillons de nuit le 26. http://claudel-stendhal.com, rubrique Actualités.

Claire Thoinet

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide