Fermer la publicité

Noël : Le sapin naturel français met le paquet

le 21 décembre 2014 - Eric Seveyrat - Société - article lu 310 fois

Noël : Le sapin naturel français met le paquet
AFSNN - En 2013, 5 ,6 millions de sapins de Noël naturels ont été vendus en France, dont 80 % de Français

Le sapin naturel français est le roi de nos foyers. Il est souvent produit à deux pas de nos villes, particulièrement en Rhône-Alpes, grande région productrice, sur un marché français de 170 M€. Plus de 60 % des sapins vendus dans le monde sont produits, devinez où ?…En Chine. Mais ne sont pas vendus en France.

« Désolé, pas une minute à moi… ! » C’est ce que nous a répondu un producteur de sapin de Noël naturel du Rhône, lorsque notre journal a voulu recueillir son témoignage. C’est plutôt bon signe pour l’activité. C’est donc du côté de l’Association française du Sapin de Noël naturel (eh oui, ça existe !) que nous nous sommes tournés.  Fondée en 1998, l’AFSNN réunit aujourd’hui 101 producteurs (21 en Rhône-Alpes) : «Il était nécessaire de s’unir pour défendre notre production, pour en assurer la promotion et obtenir un statut du producteur de sapins de Noël, afin de normaliser notre activité et d’établir des règles respectées par tous… », estime son président  Frédéric Naudet.

Les producteurs de sapin de Noël naturel français sont fiers de fournir le sapin de la cour de l’Elysée. Ils défendent une production en culture raisonnée. Le sapin naturel français représente environ 80 % des 5,6 millions d’achats en 2013  (contre 900 000 artificiels), les autres proviennent de pays européens dont le Danemark (1 millions de sapins vendus en France) ou la Belgique. Le Morvan (Bourgogne) est la première région productrice (30 %) ; Rhône-Alpes et Bretagne viennent ensuite avec chacune environ 20 %. En France cela représente 1 000 emplois permanents et 5 000 saisonniers. Le Nordmann tient le haut du pavé et progresse toujours avec 68,1 % de parts de marché en 2013 à un prix moyen de 28,40 €. Vient ensuite l’épicéa avec 27,7 % de parts de marché (prix moyen 17,70 €). Le pugens, l’omorika et le Nobilis sont aussi commercialisés. Si l’achat global de sapins (naturels et artificiels) a reculé de 2 % en 2013 par rapport à 2012, c’est l’artificiel qui a été touché puisque le naturel a progressé de 3 %.

Eric Séveyrat



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide