Fermer la publicité

Nord Isère : le RSI en questions

Isère le 28 novembre 2015 - Arnaud DE JUBECOURT - Commerces - article lu 276 fois

Nord Isère : le RSI en questions

Le RSI est le régime social des indépendants. Cette « sécu » des chefs d'entreprises et non salariés cristallise beaucoup d'incompréhension et de mécontentement de la part des affiliés. Une réunion d'information faisait le point à Villefontaine.

On était loin de la langue de bois le 16 novembre dans les locaux de la CCI Nord-Isère où le président Paraire accueillait le président du RSI des Alpes dont dépend l’Isère, Michel Guillot et sa directrice Françoise Dumas. La réputation du RSI n’est plus à faire et le document d’ouverture des débats assume :  « Impossible à joindre au téléphone », « On n’y comprend rien », « On paie et on ne reçoit rien » sont en substance les citations du document d’introduction présenté courageusement par les orateurs.

Après cette entrée en matière et un rappel des grand principes de la sécurité sociale vient le temps des explications. Car le RSI est un nouveau né dans l’histoire de la sécu : né en 2006 il résulte de la fusion de plusieurs caisses de protection sociale des chefs d’entreprise. Mais c’est un nouveau né de poids, qui gère les risques maladie, maternité, invalidité, décès, retraite de plus de 6,3 millions d’indépendants, répartis en 29 caisses gérées par 5500 collaborateurs à la tête desquels on trouve des administrateurs élus parmi les assurés par les assurés. En Isère, 66 729 sont protégées par le RSI, et 42 505 personnes y cotisent.

Se voulant (plus) proche de ses adhérents le RSI organise des permanences à la Tour-du-Pin, Saint-Marcellin, Villefontaine, Voiron et Vienne pour faire connaître des services parfois ignorés : stages et forums sur la création d’entreprise, outils dématérialisés, protection de la famille, aide en cas de difficultés financières, conseils pour la retraite et actions en faveur des retraités. Conscient de sa mauvaise réputation, le RSI a aussi diligenté une enquête de Médiamétrie pour connaître les attentes des adhérents et proposer une amélioration de la qualité : démarches facilitées, amélioration dans la clarté des explications, accueil et écoute, amélioration continue.

Une séance de questions suivait les l’exposés. Beaucoup reste visiblement à faire. Mais le problème est nommé, les réponses sont en route : entrepreneurs, vous pouvez espérer.

Arnaud de Jubécourt

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide