Fermer la publicité

Le Retail Park de Riorges validé en appel

Loire le 06 août 2015 - Denis Meynard - Commerces - article lu 629 fois

Le Retail Park de Riorges validé en appel
© Illustration DR - La surface initiale a été divisée par deux sur la Zone d'activités Portes de Riorges 2 depuis l'adjudication de 2009.

L'investissement de près de 20 M€ prévu par Apsys pourrait en théorie encore voir le jour sur l'agglomération du nord de la Loire.

En novembre 2013, la Commission nationale d’aménagement commerciale (CNAC), saisie par l’association Roanne Vivre et Travailler et l’association Les vitrines de Roanne, avait annulé la décision de la Commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) de la Loire de juillet de la même année autorisant la construction d’une surface commerciale de 9 950 m2 dans la zone ouest de la Zac des Portes de Riorges II. En 2014, le groupe Apsys, porteur du projet via la SCI Le Parc Riorges, a réagi en demandant à la Cour administrative d’appel de Lyon d’annuler la décision de la CNAC. Et de contraindre cette dernière à réexaminer sa demande dans un délais de quatre mois à compter de la décision de la Cour. Il vient d’obtenir gain de cause, mais la communauté d’agglomération du Nord de la Loire, qui a la compétence en matière d’aménagement commercial, a changé de majorité l’an dernier. Et son président, Yves Nicolin, est un opposant notoire au projet.

Pour emporter la décision du juge administratif, Apsys a fait valoir que projet dont elle était lauréate correspondait aux orientations du Schéma de cohérence territoriale et qu’il était conforme aux exigences de développement durable. Estimant que « le refus de la CNAC était motivé par la volonté d’assurer une protection du commerce de centre-ville, ce qui n’est plus permis depuis la loi du 4 août 2000 ». Et que « le projet répond aux objectifs de la loi puisqu’il aura des effets bénéfiques sur l’animation de la vie urbaine, en luttant contre l’évasion commerciale de l’agglomération et en participant à son rééquilibrage ».

« Les commerces visés concernaient pour les trois quarts l’équipement de la maison », selon le maire de Riorges Jean-Luc Chervin. Il dénonce « la position partisane et politicienne du président de l’agglomération (…). Le libéralisme du député Yves Nicolin s’arrête aux portes de la ville de Roanne, tandis que d’autres élus de son bord politique ont des positions moins archaïques à Troyes, Romans ou Saint-Étienne". La direction d’Apsys affirme de son côté que la zone de chalandise du projet ne se recoupe pas avec celle du projet d’équipement commercial de 70 000 mètres carrés, baptisée Steel, qui doit voir le jour fin 2018, à cheval sur Saint-Jean-Bonnefonds et Saint-Étienne, à 2,5 km du centre-ville de cette dernière.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide