Fermer la publicité

Le restaurant La platine développe l'événementiel

Loire le 26 décembre 2016 - Denis Meynard - Services - article lu 199 fois

Le restaurant La platine développe l'événementiel
Denis Meynard - La Platine met un point d'honneur à « privilégier les fournisseurs locaux ».

La « cantine chic » de la Cité du design de Saint-Etienne cherche à élargir sa base de clientèle d'affaires, en privatisant l'établissement.

Emmanuel Cédat est depuis 2012 à la tête du restaurant La Platine, installé au cœur du bâtiment éponyme de la Cité du Design de Saint-Étienne. Depuis l’an dernier, ses associés du départ ont été remplacés par le chef Didier Crozat, qui officie en cuisine. Et tous deux prévoient de répondre au renouvellement de la concession, qui devrait être lancé en début d’année par l’agglomération stéphanoise. Avant cela, un repositionnement de l’établissement situé au cœur du quartier créatif a été engagé, afin de l’ouvrir plus à l’événementiel. Une mission confiée depuis octobre à Ophélie Gillet, qui dirige l’établissement au quotidien.

Emmanuel Cédat estime que ce lieu atypique, voisin de la serre de la Cité du design a un potentiel qui mérite d’être encore mieux exploité. D’où l’idée que cette « cantine chic où l’on peut aussi venir prendre le petit déjeuner à partir de 9 heures et qui fait salon de thé l’après-midi, s’ouvre plus largement au monde de l’entreprise ». Sous forme de repas d’affaires, conférence de presse, cocktail, buffet dinatoire, assemblée générale, séminaire ou simple réunion de travail. D’autant que les 350 m² de cet espace design, à l’architecture mêlant le métal et le verre, le mobilier en bois et le sol en béton ciré, sont modulables.

La privatisation de la salle et de ses installations est également proposée en soirée et le week-end. Afin de mieux faire connaître ce lieu de restauration qui pêche par la discrétion de sa signalétique, des afterworks seront organisés dès janvier, le jeudi. Ainsi qu’un brunch musical, un dimanche par mois. Mais le restaurant La Platine, dont la fréquentation devrait être très soutenue durant la Biennale compte avant tout sur la fraîcheur et la créativité sans cesse renouvelées des plats de son chef. La proposition de Didier Crozat, qui fume ses poissons et confectionne ses foies gras, comprend chaque jour cinq entrées, trois plats et cinq desserts. Avec des formules qui vont de 12,20 € à 19,20 €.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide