Fermer la publicité

Le Rassemblement 2015, une première union gauche et écologistes

Loire le 16 octobre 2015 - Daniel Brignon - Politique - article lu 342 fois

Le Rassemblement 2015, une première union gauche et écologistes
daniel Brignon - Corinne Oumakhlouf, Abd El Kader Zerraga et Lela Bencharif

Le Parti socialiste appelle à plébisciter « l'unité de la gauche et des écologistes » à travers un référendum tenu ce week-end avec quatre partenaires politiques. Déjà en ordre de marche une autre union entre gauche et écologistes vient de se déclarer entre cinq autres formations, Le Rassemblement 2015.

Tandis que le Parti socialiste remet à un référendum « l’unité de la gauche et des écologistes aux élections régionales », en partage avec quatre autres formations politiques : Front démocrate, Génération écologie, Union des démocrates et écologistes, Écologistes !, une autre union, ferme celle-ci, entre gauche et écologistes entre en campagne pour le premier tour des régionales.

Nommé Le Rassemblement 2015, citoyen, écologique et solidaire, il a été initié par quatre organisations, Europe Écologie les Verts, Nouvelle donne, Ensemble, le Parti de gauche et a été rejoint plus récemment par la Nouvelle gauche socialiste.

Les têtes de listes ont été validées dimanche 4 octobre à Lyon par l’« assemblée représentative », parlement de ce rassemblement, élaboré depuis un an. Jean-Charles Kohlhaas, co-président du groupe EÉLV à la Région Rhône-Alpes depuis 2013, conduira la liste régionale.

Pour les 13 départements les trois candidats en tête ont aussi été installés. Dans la Loire le trio est incarné par Lela Bencharif, vice-présidente EÉLV au conseil régional Rhône-Alpes, suivie d’Abd El Kader Zerraga, chauffeur routier, non-encarté, militant associatif, et de Corinne Oumakhlouf, du Parti de gauche.

En attendant d’élaborer un projet pour la nouvelle Région, Le Rassemblement 2015 s’appuie sur un « socle » d’orientation politique qui prône en premier lieu de renouer le dialogue entre élus et citoyens, construire avec les citoyens un projet d’avenir commun pouvant représenter une alternative au bipartisme, à la manière de Syriza et Podemos, cités en référence dans le texte d’orientation. Le Rassemblement 2015 fait pour cela le pari d’émerger « en tête de la gauche au premier tour », lâche Lela Bencharif, qui pour la suite du scrutin et les alliances possibles s’en remettra à son « assemblée représentative ».

Les colistiers du Rassemblement 2015 s’engagent par ailleurs sur une charte éthique qui proscrit le cumul des mandats et inscrit le principe de co-élaboration des politiques régionales avec les citoyens.

Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide