Fermer la publicité

Intercommunalité : le projet du préfet pour le Forez divise les élus

Loire le 24 novembre 2015 - Louis Thubert - Collectivités locales - article lu 693 fois

Intercommunalité : le projet du préfet pour le Forez divise les élus
DR - Monique Girardon, présidente de la CCPSG « Le Forez Est est le maximum souhaitable en terme de structure ».

Présenté le 9 octobre, le redécoupage des intercommunalités de la Loire fait passer leur nombre de 17 à 6. Certains élus ne sont pas d'accord avec ce projet, notamment parce qu'il divise la zone entre Roannais Agglomération et Saint-Etienne Métropôle en deux intercommunalités, sur les deux rives de la Loire.

Les unes après les autres, les différentes intercommunalités débattent du redécoupage intercommunal pour le centre du département. A l'instigation du préfet, cette nouvelle carte vise à renforcer Saint-Etienne Métropole (Sem) et à diminuer le nombre d'intercommunalités restantes. Elle divise aussi la zone entre Roanne et Saint-Etienne en deux entités distinctes de part et d'autre de la Loire - et c'est là que ça se corse. A la communauté de communes du Pays de Saint-Galmier (CCPSG), les avis sont plus que partagés. Monique Girardon, présidente de la CCPSG, le clame haut et fort : elle est favorable au projet du préfet. « Il est cohérent, pertinent, raisonnable », argumente-t-elle.

La présidente de la CCPSG ne voulait pas « se faire prendre de court ». Une référence à 2012, année où Andrézieux-Bouthéon et La Fouillouse s'étaient détachés de la CCPSG pour rejoindre Sem. Jean-Yves Charbonnier maire de Saint-Galmier, n'est lui pas d'accord avec l'idée d'un « Forez Est » séparé de la communauté d'agglomération Loire Forez (CALF). Pour lui, cette dernière est « locomotive dans la plaine ». Les critiques sur la taille d'une structure unique pour le Forez ne l'atteignent pas : « Peu à peu les intercommunalités vont s'apparenter aux arrondissements », avance-t-il. En somme, autant devancer cet état de fait inéluctable. Monique Girardon, elle, indique qu'elle « n'a pas refusé d'être intégrée à Saint-Etienne Métropole pour faire un projet ingouvernable », pointant du doigt la centaine de conseillers communautaires découlant d'une seule intercommunalité forézienne.

Jean-Yves Charbonnier n'est pas le seul à regretter la division du Forez. « La marche à suivre était pourtant simple : Forez Pôle1 c'était pour un Forez à l'image de la région Auvergne-Rhône-Alpes » déplore Pierre Drevet, président de la communauté de communes du Pays d'Astrée. Pour lui, l'intérêt du territoire n'est pas dans la carte proposée par le préfet. Pierre-Jean Rochette, maire de Boën et vice-président du Pays d'Astrée s'inquiète que les territoires ruraux se retrouvent sur la rive gauche de la Loire, et les intercommunalités plus urbaines sur la rive droite. La validation officielle de la carte intercommunale est prévue pour mars 2016.

Louis Thubert

1Association regroupant les présidents des différentes intercommunalités du centre de la Loire



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide