Fermer la publicité

Le Parti radical en campagne pour une nouvelle présidence

Loire le 14 mai 2014 - Mathieu Ozanam - Politique - article lu 699 fois

C'est entre le 16 et le 22 juin que les adhérents du Parti radical pourront désigner par un vote électronique le successeur de Jean-Louis Borloo.

Rama Yade est déjà venue à Saint-Chamond soutenir le candidat UDI pendant les municipales, elle reviendra dans la Loire le mercredi 4 juin dans le cadre de cette campagne interne. Secrétaire général du Parti radical, et à ce titre en assurant la présidence par intérim, Laurent Hénart a, lui, entrepris un tour des fédérations.

Un projet décliné en 4 axes

Il défend un programme qui s’articule autour de quatre axes. Le premier : continuer à faire avancer l’UDI. « ça demande une évolution de l’UDI, de donner des garanties majeures aux partis membres, de mieux définir son fonctionnement ». Le deuxième : se préparer à exister davantage, favoriser la féminisation et le rajeunissement du personnel politique. Troisième axe : l’indépendance du Parti radical. Elle passe notamment par la défense d’un « projet d’alternance » pour la présidentielle de 2017. « Il faut trouver un système de primaires au sein de l’UDI. Le Parti radical ne doit pas se soumettre trop vite à un candidat, fusse-t-il Nicolas Sarkozy. » De cette volonté découle le 4e axe : que le président du Parti radical ne soit pas lui-même candidat. « Jusqu’en 2020 je suis maire de Nancy ».

Au cours de la rencontre avec la presse la question de la situation politique du Parti radical de la Loire a été posée. La campagne des municipales à Saint-Etienne a entraîné des ruptures. La présidente Ghislaine Celdran et le secrétaire général Pierre Guillot n’ont pu figurer sur la liste menée par Gaël Perdriau. Plusieurs membres du Parti radical qui avaient fait le choix dès le mois d’octobre de rejoindre le candidat UMP ont été de ce fait exclues. Pourraient-ils être réintégrés ? « On ne va pas lancer un appel à des personnes qui n’ont pas, à ma connaissance, indiqué leur volonté de réadhérer », la 1re vice-présidente de la Loire, Agnès Chanal. De son côté Jean-Pierre Viallard, le trésorier, assurait que des contacts « informels » avaient été établis. Pour Laurent Hénart, « un cycle s’est terminé avec les résultats électoraux, il y a une opportunité pour reconstruire la fédération ce sont les cantonales. » Un nouveau bureau devrait être élu dans la Loire au cours du 2e semestre 2014.

Mathieu Ozanam



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide