Fermer la publicité

Le Parti radical de gauche se cherche une nouvelle identité

Loire le 17 juin 2015 - Mathieu Ozanam - Politique - article lu 465 fois

Le Parti radical de gauche se cherche une nouvelle identité
Mathieu Ozanam - André Friendenberg et Jean-Bernard Durand entourent Zahra Bencharif

La fédération de la Loire du parti de centre gauche a élu à sa présidence Zahra Bencharif. Le parti se prépare aux prochaines échéances électorales et à son congrès national qui doit entériner un changement d'appellation.

Elu président du Parti radical de gauche (PRG) en 2008, Rachid Messad n’était pas candidat pour un nouveau mandat. Ancien conseiller municipal délégué de Saint-Etienne sous Maurice Vincent, il a manifesté au cours de l’assemblée générale du parti de centre gauche la volonté de se mettre en retrait de la vie politique. Zahra Bencharif, responsable administrative dans le secteur associatif de 41 ans, lui succède. Présente en 41e position sur la liste d’union de la gauche « Saint-Etienne pour tous », elle a été candidate aux départementales dans le canton de Saint-Etienne 1 en mars dernier. Opposée au 2nd tour au vice-président sortant Georges Ziegler, elle avait réalisé avec son binôme socialiste Yann Saccucci, 46,21 % des suffrages. « Elle n’a perdu que de 600 voix », insiste André Friedenberg, président d’honneur du PRG.

Vers un changement de nom

Il revient à Zahra Bencharif de mener les négociations en vue de la constitution des listes d’union avec le Parti socialiste pour les régionales. Le conseiller délégué aux technologies de l’information et de la communication sortant, André Friedenberg se représente. La présidente du PRG de la Loire est en 2e position.

Le Parti radical de gauche est aussi en pleine réflexion sur son identité. Le terme « radical » renvoyant, d’après leur constat, a la vision d’un parti ancré à gauche de la gauche, alors que « comme le premier ministre nous aimons les entreprises » glisse André Friedenberg. « l’entreprise est créatrice d’emplois et d’innovations. Il faut qu’elle fasse des bénéfices » pour réinvestir, pour payer des impôts et en partager les fruits avec les salariés. Sur le plan de l’idéologie le PRG veut « lutter contre la droitisation extrême de l’opinion publique », « contrer la récupération du mot “républicain“ » par Nicolas Sarkozy et défendre les valeurs de la laïcité « dévoyée par l’extrême droite ». Une réflexion en cours devrait aboutir au congrès national fixé en septembre à un changement de nom.

Mathieu Ozanam



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide