Fermer la publicité

Le mouliste Sovep a trois mois pour trouver un repreneur

Loire le 01 mai 2015 - Denis Meynard - Industrie - article lu 803 fois

Le mouliste Sovep a trois mois pour trouver un repreneur

L'entreprise de Dargoire, Sovep, qui n'emploie plus qu'une vingtaine de personnes, a été placée en liquidation judiciaire.

Le mouliste Sovep, qui se présente comme « le dernier flaconneur de la vallée du Gier », est à la recherche d’un repreneur. Le tribunal de commerce de Saint-Etienne, qui a placé la semaine dernière cette PME de Dargoire en liquidation judiciaire, lui a laissé trois mois pour achever ses commandes en cours et tenter de trouver un repreneur. Ce fabricant de moules métalliques de petites dimensions pour le flaconnage avait été placé en redressement judiciaire en mars 2009. En juin 2010, le tribunal avait validé un plan de continuation sur dix ans.

Après le rachat de deux de ses concurrents, Samp, en Seine-Maritime, puis Fiv, en Isère, cette PME d’une cinquantaine de salariés, devenu un des principaux fabricants français du secteur, avait réalisé en 2008 un chiffre d’affaires de 5,5 M€.

Mais à l’instar des moulistes sous-traitants de l’automobile, ceux travaillant pour la verrerie et le flaconnage n’ont pas été épargnés par la crise et la réorientation des achats au profit de pays réputés « low cost ». « Nous sommes principalement victimes de la concurrence d’Europe de l’est », déclare le Pdg Cédric Crétier, estimant que la France ne compte plus que cinq entreprises sur ce créneau.

Il explique qu’indépendamment des fluctuations de ce marché dominé par une poignée de donneurs d’ordre, « la Sovep est désormais viable, avec un chiffre d’affaires mensuel de plus de 140 000 € ». Son effectif est en train d’être ramené à 18 personnes (contre 21 l’an dernier). Mais le retour aux bénéfices a été long à venir et l’entreprise a subi la défaillance d’un de ses clients. « Nous avons tenté, sans succès, une négociation avec le Trésor public pour qu’il nous verse le CICE due au titre de l’année 2014 », note avec un brin d'amertume Cédric Crétier.

Saint-Gobain Desjonquères est le principal client de ce fabricant de moules de flacons destinés principalement à la pharmacie, dans une moindre mesure à la cosmétique. L’autre TPE du petit groupe, la Société aliamontaise de mécanique de précision (Samp), qui compte une dizaine de salariés à Neuchâtel-en-Bray, dans la vallée de la Bresle, en Normandie, n’est pas concernée par la liquidation prononcée par le tribunal de commerce de Saint-Etienne.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide