Fermer la publicité

Le meilleur déchet est celui que l'on ne produit pas

Isère le 14 mai 2015 - Claire Thoinet - Nord-Isère - article lu 175 fois

Le meilleur déchet est celui que l'on ne produit pas
Claire Thoinet - L'atelier récup', initiative des agents du SICTOM

Le SICTOM de la région de Morestel réduit le déchet à la source en triant, recyclant mais aussi en sensibilisant les habitants à moins d'emballage lors de leurs achats de produits de consommation courante.

Pour réduire les poubelles de 7% de leur contenu, objectif du Grenelle de l’environnement, le SICTOM a visé une baisse de 23kg par habitant sur cinq ans et adopté un programme local de prévention des déchets avec l’ADEME dès 2009. Trier et recycler est un réflexe acquis (en 2013, 288kg par habitant déposés en déchèterie contre 228 kg huit ans auparavant). Grâce à l’implication de ses agents, le syndicat voit le tonnage des déchèteries supérieur à celui des ordures ménagères, contrairement au territoire national.

A présent, il faut mieux consommer, moins jeter et réutiliser. « Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas », rappelle Elise Corlet, chargée des projets techniques. Un guide de réemploi liste des pistes pour donner une seconde vie, un nouvel usage à un bien, un objet devenu inutile. Ainsi, les ressources naturelles nécessaires à la fabrication des biens sont économisées, des activités nouvelles émergent, on aide les plus démunis... Le SICTOM et son personnel donnent l’exemple. Pour intégrer ses nouveaux locaux, puis suite à un incendie, il se meuble, par deux fois, en achetant d’occasion. « L’opération détourne deux tonnes de déchets et réduit par cinq le budget prévu », précise Elise Corlet.

A l’atelier récup’, éboueur, agent technique, comptable, technicienne mobilisent imagination, savoir-faire et objets abandonnés pour créer banquette (palettes en bois), lampadaire (tambour de machine à laver et tabouret de bar), fauteuil (poubelle)…, qui participent à sensibiliser le visiteur. Le charme opère. D’autres actions sont menées pour faire du rebus une ressource (compostage, broyage, convention avec les agriculteurs pour une valorisation locale des 7 000 tonnes de végétaux par an…).

Crée en 1975, le syndicat intercommunal de collecte et traitement des ordures ménagères de la région de Morestel regroupe les communautés de communes Pays des couleurs, Balmes dauphinoises, Bourbre-Tisserands et Vallons de la tour (49 communes et 78 400 habitants). www.sictom-morestel.com.

Claire Thoinet



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide