Fermer la publicité

Le Marché aux bestiaux en progression de 40 %

Loire le 03 février 2015 - Denis MEYNARD - Collectivités locales - article lu 534 fois

Le Marché aux bestiaux en progression de 40 %

La vente à la commune de La Talaudière du site de 7 ha, comprenant un bâtiment de 6 300 m2, sera effective au 1er avril.

« En se battant on arrive à reprendre des clients.» Le directeur du Marché aux bestiaux de Saint-Etienne, Gilles Stalport, est satisfait de pouvoir afficher une activité du marché aux bestiaux de la Ville de Saint-Etienne en hausse de 40 % sur 2014, avec environ 25 000 bêtes vendues (vaches et veaux) lors du marché hebdomadaire du lundi. Ce retour progressif des éleveurs vers l’équipement créé en 1989 pour leur permettre de vendre leurs cheptel destiné à l’engraissement ou à l’abattoir ne modifiera en rien le projet de vente par la Ville de Saint-Etienne du site de 7 ha, dont un bâtiment de 6 300 m2.

L’opération lancée sous la municipalité de Maurice Vincent avait été ratifiée par une délibération du conseil municipal, voici un an, et la Ville de La Talaudière, pressentie pour en faire l’acquisition, avait fait de même. Depuis, un compromis de vente pour un montant de 2,2 M€ a été signé entre les deux collectivités. « La vente sera passée d’ici la fin mars », annonce Pascal Garrido, réélu maire de La Talaudière, en mars dernier.

Côté stéphanois, Denis Chambe, l’adjoint en charge des bâtiments communaux, estime que ce marché aux bestiaux aurait pu être décrété d’intérêt communautaire. Mais l’idée n’a pas abouti, tout comme celle consistant à donner un caractère communautaire au futur boulodrome pétanquodrome qui doit être construit à l’intérieur. L’opération va donc être réalisée sur la base du projet initial. Et c’est la Ville de La Talaudière qui investira au total 4,5 M€ pour acquérir le site comprenant un immense parking et réaménager la halle, en y installant un boulodrome sur la moitié de sa surface.

Avant la signature de l’acte de vente, courant mars, Pascal Garrido a prévu de rencontrer les quatre personnes qui travaillent actuellement sur le site, mais aussi la Chambre d’agriculture de la Loire, la Direction départementale des territoires et les professionnels concernés par la vente et l’achat de bétail pour voir avec eux comment faire fonctionner ensemble les deux activités du site dans l’avenir. Les quatre salariés du marché aux bestiaux, deux agents municipaux titulaires, qui devraient être repris par La Talaudière et un CDD et un vacataire, qui auront des propositions de reclassement à Saint-Etienne, se disent, quant à eux, impatients de rencontrer un élu qui puisse leur donner des informations sur leur devenir.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide