Fermer la publicité

Le Jazz est aussi littérature

Isère le 10 juillet 2015 - Gaëlle Bardin - Spectacle, Théâtre - article lu 88 fois

Le Jazz est aussi littérature
Gaëlle Bardin - Marlyse Pietri et Marion Graf , éditrices et traductrices aux éditions

Du 2 au 6 juillet, pour la 24e année, « Lettres sur Cour » invitait à la lecture en résonnance avec l'ambiance du Festival de Jazz propice à l'écoute et l'évasion des sens au sein de la cité antique.

 

Après l’expédition en Russie de l’an passé, on revient dans une contrée plus proche pour mettre à l’honneur la Suisse à travers une quinzaine d’auteurs, éditeurs et musiciens qui invitent le public à se laisser traverser par la musicalité des mots dits, « vers », empreints de liberté.

Faisant suite au rendez- vous du 22 juin en partenariat avec le ciné-clap et les lectures de plein Air avec les Mots Passants, les rencontres ont débuté avec l’auteur Charles-Albert Cingria,  jeudi 2 juillet au musée gallo-romain.

Le lendemain, la Cour des Carmes a accueilli successivement les éditrices Maryse Pietri et Marion Graf, puis le trio d’auteurs Olivier Beetschen, Laurent Cennamo et Albert Nessi pour une découverte de leurs romans et poèmes inédits.

Le festival s’est poursuivi tout le week-end dans la Cour Saint-Louis, la librairie Lucioles, partenaire du festival et le Collège Ponsard en mettant à l’honneur des auteurs tout aussi charismatiques comme John Taylor, Arina Kouznetsova…

Place également aux lectures fluviales du bord de Rhône avec la compagnie Michel Tallaron  puis au concert-lecture du lundi 6 juillet afin de clôturer en beauté sur la scène de Cybèle. C’est là que l’on pourra encore  rencontrer l’équipe  de l’association et les livres des auteurs invités sous la tente qui leur est dédié jusqu’à la fin du festival.

La manifestation fêtait sa 24e édition, cocomittente à  la création de l’association  par un groupe de passionnés (libraires, bibliothécaires et autres ) fortement encouragés par Jean-Paul Boutellier, ancien directeur du festival, qui désirait élargir le champ de la culture à l’occasion du Festival de Jazz qui draine des milliers de spectateurs et préparent les oreilles à la diversité.

G.B.

 

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide