Fermer la publicité

Montbrison: le groupe scolaire Brillié à mi-parcours

Loire le 09 juin 2015 - Louis Thubert - Forez - article lu 1060 fois

Montbrison: le groupe scolaire Brillié à mi-parcours
Louis Thubert - Marie-Renée Desages, Jeanine Paloulian, Alain Gauthier, et Christophe Bazile, dans la future cantine.

Commencés en juin 2014, les travaux de l'école Brillié sont arrivés à la moitié du chantier. Le complexe scolaire, qui regroupera 280 enfants, se veut économe en énergie, et sera terminé à la rentrée 2016.

Déjà, murs et toits sont visibles derrière l'antenne montbrisonnaise du conseil général. Même si, par les fenêtres de la future école, on aperçoit encore les tags qui tapissent les murs en pisé délimitant la parcelle, et les hautes orties, derniers témoins de ce qui n'était encore, il y a deux ans, qu'un vaste terrain vague. Les travaux du futur groupe scolaire Brillié avancent. Enfin, pourrait-on dire... 

La première pierre du chantier avait été posée le 18 juin 2014. L'ouverture de l'école était prévue à la rentrée 2015, mais une étude de sol nécessaire a ralenti les travaux de trois mois. Après, pas question de déménager les écoliers en cours d'année, ce qui serait négatif pour leur scolarité. C'est donc en septembre 2016 que le groupe scolaire ouvrira ses portes. A ce moment là, ce sont 280 enfants entre 3 et 12 ans qui vont quitter les écoles maternelles du centre et de Château Lachèze et l'école primaire Chavassieu pour s'installer dans le bâtiment flambant neuf.

Sur le site qui abritait l'usine d'horloge Brillié - d'où le nom de l'école - les maçons ont cédé la place aux plâtrier-peintres et aux carreleurs. A l'intérieur, les classes sont déjà délimitées, et des câbles électriques pendent des murs, là où vont se situer les futures luminaires. L'école Brillié se veut économe en énergie. Des vasistas au plafond permettent à la lumière naturelle - « zénithale », selon les mots de l'architecte Marie-Renée Desages, en charge du projet - d'éclairer les salles. Les murs sont isolés et, dans les couloirs, un revêtement anti-bruit a été posé en attendant le carrelage qui prendra place par dessus. Le coût du projet est de plus de 5 M€.

Louis Thubert



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide