Fermer la publicité

Le développement de LDLC.com passe par la Loire

Loire le 05 mars 2015 - Emilie Massard - Commerces - article lu 539 fois

Le développement de LDLC.com passe par la Loire
DR - La boutique de St-Priest-en-Jarez est ouverte depuis la fin de l'année

Leader français de la vente de matériel high-tech sur Internet, LDLC.com passe à la vitesse supérieure pour développer son réseau de boutiques. Et la région stéphanoise n'est pas en reste puisque la marque vient d'inaugurer son premier magasin ligérien à Saint-Priest-en-Jarez.

Depuis sa création en 1996 à Lyon par Laurent de la Clergerie, la petite entreprise familiale de vente de matériel high-tech a bien grandi. Aujourd’hui elle est entrée en bourse, emploie 480 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 255 M€. Pendant les premières années, la société se concentre sur la vente par Internet, et la boutique de Lyon ouverte en 1998 permet d’appuyer la notoriété de la marque et de renforcer la confiance des clients. Mais aujourd’hui, l’entreprise a mis en place une nouvelle stratégie de développement et souhaite travailler avec un vrai réseau de boutiques en France.

A ce jour 8 boutiques existent déjà et la marque prévoit d’en ouvrir une quarantaine d’ici 2018. Parmi les nouvelles boutiques, on compte celle de Saint-Priest-en-Jarez, qui a ouvert en décembre dernier en même temps que deux autres à Grenoble et à Dijon. « Notre stratégie de développement se base avant tout sur l’humain et les propositions des candidats à la franchise », explique Olivier de la Clergerie, directeur général de LDLC.com, pour justifier les dernières implantations. Le projet porté par Juan Vaschalde et Mickaël Orçonneau, les deux gérants de la boutique ligérienne qui emploient aujourd'hui  trois personnes, a donc su séduire la marque, puisqu’il a été validé rapidement. « Le lieu correspondait à nos attentes, précise Olivier de la Clergerie. On se positionne plutôt comme une  boutique de destination, donc on ne cherche par forcément des emplacements dans les centres-villes. Ici on a choisi plutôt une zone en développement, proche du futur campus santé. C’est un endroit porteur, qui nous permet d’accompagner le dynamisme du territoire. »

Avec sa stratégie, le groupe montre également que la vente par Internet et le commerce physique ne s’opposent pas forcément. « On se rend compte que les deux sont très complémentaires, avec nos boutiques on offre une vraie plus-value à nos clients en terme de conseils, et ça nous permet aussi de toucher toute une partie de la population qui n’est pas sur le web et qui recherche le contact humain avant tout.»



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide